Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ceci est mon corps"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Boujnah, directeur banque et marché, France & Bénélux, Banco Santander

En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

  • Didier Drogba tout proche d’un retour à Chelsea

    En savoir plus

Afrique

L'ONU pousse un "cri d'alarme" face aux exactions au Sud-Kivu

Vidéo par Sonia DRIDI

Dernière modification : 20/05/2009

L'ONU se dit scandalisée par les exactions attribuées à l'armée régulière tout comme aux rebelles dans la région du Sud-Kivu. L'organisation affirme que les viols, de plus en plus fréquents, sont utilisés comme "arme de guerre".

AFP - L'ONU a lancé mercredi un "cri d'alarme" sur la situation au Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où la population est victime d'"exactions" et notamment de "viols" utilisés comme "arme de guerre" par les combattants de tout bord.

"C'est un cri d'alarme, nous sommes scandalisés par la situation au Sud-Kivu où l'on a constaté une recrudescence du harcèlement parmi la population civile, des personnes qui ont été tuées, des pillages et également des viols", a expliqué la porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) Elisabeth Byrs.

"Les viols reprennent de façon absolument dramatique... et sont utilisés comme arme de guerre", a-t-elle ajouté lors d'un point de presse à Genève, faisant état de 463 cas de viols enregistrés depuis le début de l'année. Cette tendance est "extrêmement grave", a-t-elle insisté.

Les exactions sont commises par toute personne qui "porte un uniforme", qu'elle appartienne aux Forces armées de la RDC (FARDC), l'armée régulière, ou aux rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), qui opèrent dans l'est congolais, a précisé la porte-parole.

"La situation d'insécurité est intolérable" et en particulier sur le territoire de Kalehe, le plus affecté, a poursuivi Mme Byrs racontant notamment que 1.128 maisons avaient été brûlées dans trois villages depuis mi-mars par les FDLR et "des personnes brûlées vives".

"Soixante-dix-sept personnes ont été tués avec des machettes, des couteaux et ont également été brûlées vives" dans la nuit du 10 à 11 mai, a-t-elle énuméré.

"Toute cette insécurité et cette violence entraînent des mouvements de population et restreignent notre accès humanitaire", a encore expliqué la porte-parole, soulignant que 120.000 personnes avaient fui la région depuis mars portant le total des déplacés à 450.000.

La région voisine du Nord-Kivu est également le théâtre d'exactions de la part de l'armée et des FDLR.

Après une opération conjointe inédite des armées rwandaise et congolaise menée contre les FDLR du 20 janvier à fin février dans le Nord-Kivu, les FARDC, appuyées par les Casques bleus, continuent d'y poursuivre la traque de ces rebelles.

Un groupe d'ONG a appelé lundi une délégation du Conseil de sécurité de l'ONU, qui se trouvait en RDC, à une action "urgente" pour protéger les civils lors des opérations de l'armée congolaise et de l'ONU contre les rebelles hutu rwandais.

Human Rights Watch (HRW) a également demandé à cette délégation de "condamner vigoureusement les crimes de guerres commis par les soldats de l'armée congolaise".

Première publication : 20/05/2009

COMMENTAIRE(S)