Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yemen : couvre-feu décrété à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Obama n'obtient pas le budget réclamé pour fermer Guantanamo

Vidéo par Guillaume MEYER

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 22/05/2009

Le Sénat américain a refusé, mardi, d'octroyer le budget de 80 millions de dollars réclamé par le président Barack Obama pour financer la fermeture de Guantanamo. Les sénateurs réclament un plan précis sur le sort des prisonniers.

Le Congrès américain a infligé une rare fin de non recevoir mardi au président Barack Obama en lui refusant les 80 millions de dollars qu'il demandait pour la fermeture de Guantanamo, et en réclamant un plan précis sur le sort des prisonniers.

Après la Chambre des représentants qui avait refusé de fournir le financement la semaine dernière, c'était au tour du Sénat mardi.

Peu avant que ne commencent les débats à la chambre haute sur le projet de budget supplémentaire pour 2009 de 91,3 milliards de dollars pour financer les guerres en Afghanistan et en Irak, le leader de la majorité démocrate Harry Reid s'est clairement prononcé contre le financement du transfèrement des détenus de Guantanamo aux Etats-Unis.

"Ce n'est ni le moment, ni le projet de loi pour traiter ce problème", a-t-il dit à la presse.

 

Le numéro deux de la majorité démocrate, Richard Durbin, a ensuite déclaré devant le Sénat que la décision de fermer Guantanamo était justifiée, tout en approuvant la décision de retirer l'argent du projet de budget.

Cette décision a été prise par le président de la commission chargée de répartir les fonds publics, Daniel Inouye, et doit être soumise au vote des sénateurs.

"Ce projet de budget couvre les quatre prochains mois. Au cours de cette période, le président va sans aucun doute finir par proposer son plan", a ajouté M. Durbin.

Parallèlement, les démocrates, par la voix de M. Reid, ont fait passer le message selon lequel ils ne souhaitaient pas voir de "terroristes libérés aux Etats-Unis".

La majorité n'a pas avancé de solution quant au sort des prisonniers en indiquant qu'elle attendait un plan de l'administration. "En aucun cas les démocrates ne bougeront sans un plan complet et responsable du président", a martelé M. Reid.

Or, l'administration Obama envisage le transfèrement de certains détenus dans des prisons américaines et la libération sur le territoire américain de certains de ceux qui ont été innocentés.

L'administration compte toujours fermer la prison controversée de Guantanamo d'ici janvier 2010, malgré les résistances émanant du Congrès, a assuré mardi le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell.

"Nous comprenons que le Congrès aimerait voir un plan plus détaillé pour le sort des détenus avant de débloquer des dizaines de millions de dollars", a-t-il toutefois dit plus tard dans un courriel.

L'opposition républicaine a quant à elle plaidé pour le maintien pur et simple de la prison de Guantanamo.

"Guantanamo est l'endroit idéal pour ces terroristes", a déclaré mardi le leader de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, qui s'est fait ces dernières semaines le porte-parole des opposants à la fermeture du site en s'exprimant sur le sujet presque chaque jour devant le Sénat.

"J'espère que le président va faire preuve de la même flexibilité sur cette question que sur d'autres questions de sécurité nationale", a-t-il dit en faisant allusion notamment à la décision de M. Obama de ne pas publier les photos de sévices qui ont été infligés par des soldats américains.

Sur 800 hommes et adolescents passés par les geôles de Guantanamo, seule une vingtaine a été inculpée. Il y reste 240 détenus.

Selon un rapport du Pentagone publié en janvier, 61 ex-détenus de Guantanamo renvoyés dans leurs pays d'origine ont repris les armes après leur libération.
 

Première publication : 20/05/2009

COMMENTAIRE(S)