Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour le tournage de "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG hérite de Barcelone, Monaco de Benfica

    En savoir plus

  • En images : des millions de criquets envahissent Antananarivo

    En savoir plus

FRANCE

Plus que six universités en grève, la Sorbonne débloquée

Dernière modification : 21/05/2009

Enseignants, étudiants et personnels de la Sorbonne, université parisienne emblématique du mouvement contre les réformes du gouvernement, ont voté, mardi, la reprise des cours. Six campus restent encore bloqués dans le pays.

AFP - Les universités parisiennes en pointe de la contestation universitaire depuis quatre mois, dont l'emblématique Paris-IV Sorbonne, ont voté mardi dans la douleur le déblocage, pour permettre la tenue des examens, mais six autres dans le pays restent bloquées.
  
A l'issue d'une assemblée générale houleuse, enseignants, étudiants et personnels de Paris-IV ont voté la reprise des cours à partir de lundi prochain et la tenue des examens dans la semaine du 22 au 26 juin, comme l'avaient décidé auparavant la direction de l'université et ses trois conseils.
  
"Les sujets et questions posées (lors des examens) devront porter sur les contenus des cours et travaux dirigés effectués dans des conditions normales d'enseignement", ont décidé ces conseils.
  
Quelques heures auparavant, l'AG de Paris-I Tolbiac avait voté le déblocage dans des termes similaires, tandis que celle de Paris-III avait entériné le déblocage mais jusqu'au 3 juin et les examens dès la semaine prochaine.
  
Ces décisions importantes, notamment à Paris-IV Sorbonne, bastion du mouvement universitaire dont le président Georges Molinié est lui-même un  opposant aux réformes gouvernementales, ont été prises dans la douleur. La direction n'a entériné la session d'examens que parce que les solutions alternatives envisagées se sont "heurtées au refus de l'administration ministérielle", selon les conseils.
  
Dans une motion approuvée à la quasi-unanimité, ceux-ci ont "condamné avec la plus grande fermeté les attaques indignes" dont M. Molinié "fait l'objet depuis plusieurs jours" et qui "portent atteinte à l'institution universitaire elle-même".
  
Interrogé à ce sujet par l'AFP, l'entourage de la ministre Valérie Pécresse a expliqué que celle-ci avait demandé aux recteurs de "rappeler la loi et le Code de l'éducation, à savoir qu'il n'y a pas de diplômes sans examen ni rattrapage", mais aussi d'aider les universités à organiser des cours et des examens, notamment en trouvant des locaux.
  
Parallèlement, personnels et étudiants de Paris-III ont voté la tenue des examens la semaine prochaine, mais en débloquant l'université seulement jusqu'au 3 juin et en exigeant toujours le retrait des "réformes incriminées".
  
Si ces décisions éclaircissent à Paris l'horizon de milliers d'étudiants quant à la tenue de leurs examens, la contestation qui dure depuis seize semaines ne paraît pas pour autant stoppée, et il n'est pas encore certain que les examens se tiennent dans tout le pays.
  
Malgré la déclaration mardi du président Nicolas Sarkozy, affirmant qu'en bloquant les universités "on prive les étudiants d'avenir", six universités restent en partie bloquées, tandis que dans une poignée d'autres (Grenoble-III, Paris-X, Lyon-II) les modalités des examens sont en discussion.
  
"Point fort" de la contestation, selon le ministère de l'Enseignement supérieur, Toulouse-II Le Mirail reste ainsi bloquée, à l'instar de certains départements des universités d'Aix-Marseille-I, Amiens, de Caen, Nancy-II et Reims, selon les bureaux de l'AFP. Les facultés concernées sont en général celles de lettres et sciences humaines.
  
A l'inverse, les universités de Lille-III et Saint-Etienne ont été débloquées en début de semaine. Quant à Montpellier-III, une alerte à la bombe, qui s'est révélée sans fondement, avait entraîné lundi après-midi l'évacuation du campus.

Première publication : 20/05/2009

COMMENTAIRE(S)