Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste visant la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski se dit disposé à gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Trois concurrents se manifestent pour reprendre Opel

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 21/05/2009

Les offres de l'italien Fiat, du canadien Magna et de la holding RHJ International pour la reprise du constructeur Opel ont été remises dans les délais auprès du géant américain General Motors, qui détient la marque allemande.

AFP - Le constructeur automobile General Motors Europe a annoncé mercredi soir que l'Italien Fiat, l'équipementier automobile canadien Magna, et la holding RHJ International avaient déposé une offre de reprise pour sa marque allemande Opel.
   
"Les trois (candidats) pressentis ont tous déposé une offre formelle. Il n'y a pas eu de surprise" de dernière minute, a expliqué le porte-parole de General Motors Europe à l'AFP.
   
Le constructeur italien Fiat avait déjà annoncé en fin d'après-midi le dépôt d'une offre de reprise d'Opel et de la marque britannique Vauxhall, également propriété de General Motors.
   
Les deux autres candidats à la reprise seront l'équipementier automobile canadien Magna, adossé au constructeur russe GAZ, et la holding basée à Bruxelles RHJ International, dont le premier actionnaire est le fondateur du fonds d'investissement américain Ripplewood.
   
Fiat, qui vient de finaliser une alliance avec Chrysler, veut présenter une offre qui ne sera pas en numéraire mais basée sur l'apport d'actifs, pour ne pas s'endetter au-delà des 19 milliards d'euros qui plombent déjà ses comptes.
   
Selon un projet baptisé "Phoenix", dévoilé par les syndicats, Fiat prévoit de fermer six usines en Europe -- y compris en Italie -- et en Amérique du Sud, avec environ 10.000 suppressions d'emplois.
   
Résultat, l'Italien, dont le patron Sergio Marchionne a multiplié ces derniers jours les entretiens en Allemagne, suscite une vive opposition des syndicats d'Opel.
   
Ceux-ci ont une préférence pour Magna, qui veut se lancer dans la production de voitures en propre. Il monte déjà des véhicules pour d'autres marques.
   
Quant à RHJ International, qui officiellement décline tout commentaire, "ils ont un concept très intéressant", a déclaré Klaus Franz, le chef du comité d'entreprise d'Opel, au Financial Times de mercredi.
   
Parallèlement, les 4.000 concessionnaires européens d'Opel se sont dit prêts à prendre entre 10 et 20% de leur marque, dans le cadre d'un accord plus global avec un investisseur.
   
En dernier ressort, c'est l'américain GM qui décidera à qui il vendra sa marque européenne, dont il veut garder une participation minoritaire.
   
Mais depuis plusieurs semaines, Berlin s'est beaucoup impliqué dans le sauvetage d'Opel. A cinq mois des élections générales, le dossier est devenu un enjeu de campagne entre les conservateurs et les sociaux-démocrates de la coalition au pouvoir.
   
Une décision sur le futur investisseur est attendue au plus tard en début de semaine prochaine, a précisé mercredi devant des journalistes Olaf Scholz, ministre du Travail. "Nous n'avons pas beaucoup de temps", a-t-il ajouté.
   
Une fois le candidat choisi, le "processus pourrait durer jusqu'au quatrième trimestre", en raison de la complexité juridique du dossier, a cependant prévenu le patron de GM Europe, Carl-Peter Forster, dans le magazine Auto Motor und Sport.
   
Le temps de finaliser une reprise, le gouvernement est donc prêt à mettre en place une société fiduciaire, chargée de gérer temporairement Opel, qui emploie 25.000 personnes dans le pays. Dans ce cadre, les Etats régionaux et l'Etat fédéral se sont entendus pour accorder 1,5 milliard d'euros de crédits, via leurs établissements bancaires respectifs.

Première publication : 20/05/2009

COMMENTAIRE(S)