Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Asie - pacifique

À Peshawar, l'hôpital de la Croix-Rouge est saturé

Vidéo par Anne-Isabelle TOLLET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/05/2009

Alors que l'offensive du gouvernement contre les Taliban se poursuit dans la vallée de Swat, de plus en plus de blessés arrivent dans les hôpitaux de Peshawar, dans le nord du pays. Reportage dans l'établissement de la Croix-Rouge.

L'offensive de l'armée pakistanaise contre les Taliban, dans la vallée de Swat, se poursuit. Pendant que les civils fuyant les combats continuent d’affluer vers les camps de réfugiés, les blessés de guerre remplissent chaque jour un peu plus les lits de l’hôpital de la Croix-Rouge à Peshawar, dans le nord du Pakistan.

Ismaël, 9 ans, peut s’estimer heureux d’être encore en vie: quatre de ses camarades n’ont pas survécu au raid aérien qui a visé leur école. "Je jouais dans la cour quand un avion est arrivé, raconte l’écolier. J’ai eu très peur. Je me suis caché mais tout de suite il y a eu un deuxième avion. Il m’a tiré sur la jambe mais j’ai été blessé sur tout le corps."

 

Amputé de la jambe droite, il ne veut plus rentrer chez lui. De toute façon, la maison qui abritait Ismaël et sa famille a été détruite par l’armée, témoigne son père. "On a laissé beaucoup de morts et de blessés derrière nous", ajoute-t-il.
  
Depuis le début des opérations dans la vallée de Swat, il y a près d'un mois, les médecins sont sur le qui-vive. "On vient de pratiquer deux opérations en même temps", confie le docteur Amayu Khan. Dans des installations de fortune, que l’on soit civil, Taliban ou militaire, tout le monde est soigné. "Ça nous est égal, on nous amène des victimes et on s’en occupe", affirme le docteur Satoma, directeur de l’hôpital de la Croix-Rouge de Peshawar, où les lits commencent à manquer.

 

Deux millions de personnes à nourrir jusqu’en septembre

 

Dans les camps de réfugiés, la situation n’est guère meilleure. "La vie ici est pire que celle d'un animal", explique Amna Rashid, une étudiante dans le camp de déplacés de la petite ville de Mardan, sans ombre, et où la chaleur, ces derniers jours, dépasse les 40 degrés.
 
Dominique Frankefort, coordinateur au Pakistan du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU, estime qu’il faudra fournir à manger à quelque deux millions de personnes au moins jusqu'en septembre. "On gère au jour le jour. Si vous avez 200 000 déplacés de plus par jour, on ne peut les nourrir immédiatement", explique-t-il, dénonçant une "aide extrêmement faible du gouvernement".
 
Les 100 millions de dollars d’aide promis mardi aux déplacés par la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton devraient permettre aux réfugiés d’accéder aux produits de première nécessité.

 

Près d'un million et demi de personnes auraient été chassées de chez elles par l'offensive gouvernementale en cours.
 

Première publication : 21/05/2009

COMMENTAIRE(S)