Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama défend sa décision de fermer Guantanamo

Vidéo par Laure DE MATOS

Dernière modification : 22/05/2009

Alors que le projet du président américain visant à fermer Guantanamo fait l'objet de vives critiques, Barack Obama a justifié cette décision lors d'un discours sur la sécurité, prononcé jeudi. Il a également évoqué l'après-Guantanamo.

AFP - Le président américain Barack Obama a affirmé jeudi dans un grand discours à Washington sa détermination à fermer le camp de Guantanamo et défendu fermement l'idée de transférer certains détenus sur le sol américain, malgré la vive controverse que suscite cette perspective.

Dans ce discours, censé lui redonner le contrôle d'une situation de plus en plus délicate, M. Obama s'est dit résolu à défendre à la fois la sécurité des Américains et les grandes valeurs des Etats-Unis et dit sa conviction que l'un ne peut se faire sans l'autre.

"Le coût que nous aurions à payer en maintenant (Guantanamo) ouvert dépasserait de loin les complications que posent sa fermeture", a-t-il dit face à une polémique qui ternit son message de relance économique et de réforme sociale.

M. Obama s'est livré à une vigoureuse critique des pratiques antiterroristes de son prédécesseur George W. Bush.

"Nous sommes en train de nettoyer ce qui est tout simplement un beau bazar", a-t-il déclaré en parlant de la prison de la base navale de Guantanamo, louée par les Etats-Unis sur l'île de Cuba.

"Trop souvent, notre gouvernement a pris ses décisions sous l'inspiration de la peur plutôt que la clairvoyance", a-t-il dit. "Trop souvent, notre gouvernement a accommodé les faits et les preuves pour les faire concorder avec des prédispositions idéologiques".

M. Obama a reconnu la difficulté de cette rupture avec le passé, mais "nous ne pouvons nous offrir le luxe de repartir de zéro".

Depuis sa prise de fonctions, l'administration Obama est hantée par les fantômes antiterroristes de la présidence Bush.

Les controverses culminent actuellement avec le refus de ses amis démocrates au Congrès, alliés pour l'occasion à leurs adversaires républicains, de lui accorder les 80 millions de dollars qu'il a demandés pour mener à bien la fermeture de Guantanamo. Ils sont favorables à cette fermeture mais craignent que des suspects de terrorisme ne se retrouvent sur le sol américain et veulent savoir précisément ce que M. Obama compte faire des 240 détenus enfermés à Guantanamo avant de lui accorder les fonds demandés.

Le président Obama a défendu jeudi l'idée de transférer des détenus de Guantanamo vers des prisons de haute sécurité aux Etats-Unis, malgré l'inquiétude soulevée par la perspective d'un transfert de ces prisonniers sur le sol américain.

"Gardez ceci à l'esprit: personne ne s'est jamais échappé de l'une des nos prisons fédérales (dites) Supermax, dans lesquelles sont enfermés des centaines de terroristes", a-t-il dit.

Il s'est efforcé à apaiser les inquiétudes en répétant à plusieurs reprises qu'il ne ferait rien qui compromette la sécurité des Américains.

Il a même évoqué la possibilité d'une détention indéfinie des personnes soupçonnées de terrorisme qui, pour différentes raisons, se révéleraient impossibles à juger.

"Je ne libérerai pas des gens qui représentent un danger pour les Américains", a-t-il dit au risque d'indigner des organisations de défense des libertés qui se sont déjà considérablement émues de plusieurs décisions prises par M. Obama depuis son investiture.

Quelques instants après la fin du discours de M. Obama, l'ancien vice-président Dick Cheney a défendu avec ardeur des pratiques antiterroristes controversées dont il passe pour l'un des grands instigateurs.

M. Obama a appelé à ne pas exploiter le débat à des fins politiques.

Il s'est prononcé contre la constitution d'une commission indépendante sur l'ère Bush et a souligné que le Congrès et le ministère de la Justice pouvaient parfaitement enquêter.
 

Première publication : 21/05/2009

COMMENTAIRE(S)