Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Sports

Côté français, place aux anciens !

Texte par Emmanuel VERSACE , avec dépêches

Dernière modification : 22/05/2009

Les quatre néo-Mousquetaires réduits à deux, Alizé Cornet qui passe à côté de sa saison et Marion Bartoli qui ne se transcende pas sur terre battue... Dans de telles conditions, Amélie Mauresmo porte à elle seule tous les espoirs tricolores.

Demi-finaliste en 2008, Gaël Monfils est plus qu'incertain pour cette édition 2009. Le match d'exhibition perdu (6-4, 6-0) face à Marcos Baghdatis a tourné au drame pour le n° 11 mondial, qui est sorti du court en boitillant. "Le Monf" croit toujours en sa participation, mais Patrice Dominguez, directeur technique national du tennis français, semble moins convaincu :  "Gaël [Monfils] est le plus à l'aise sur terre, mais pas de bol, il se blesse et il ne joue pas."



Alors que Richard Gasquet essuie les platres de ses mésaventures en Floride, les deux derniers Mousquetaires encore en piste sont Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon.

Si la pression n'a pas toujours était facile à gérer pour Gilles Simon (voir vidéo), Patrice Domingez juge qu'il y a "un problème de déclic psychologique qui peut encore se normaliser". Aussi pense-t-il qu'il s'est peut-être vu dans ce Grand Chelem un peu trop tôt...

Jo-Wilfried se dit serein et bien préparé pour ce tournoi (voir vidéo), mais là encore, Patrice Dominguez, lucide, doute : Jo n'a disputé que trois match sur terre battue, cette saison.

Le constat semble cruel et avant tout réaliste. Le tennis français pourra encore compter sur son magicien, Fabrice Santoro, qui fera ses adieux à la Porte d'Auteuil et qui, à 36 ans, nourrira des ambitions logiquement très mesurées.



Chez les dames, le constat avant le début du tournoi est, là encore, mitigé. Alizé Cornet n'a toujours pas confirmé en Fed Cup et n'a plus gagné deux matchs de suite depuis le mois de février.

Marion Bartoli a remporté le tournoi de Monterrey et disputé la finale de l'open de Brisbane, mais la terre battue n'est pas sa surface préférée, même si elle a déjà atteint les huitièmes de finale à Roland-Garros. C'était  en 2007.

C'est donc sur les épaules d'Amélie Mauresmo que reposent les espoirs du tennis tricolore. Elle vient de réussir un très beau parcours, jusqu'en demi-finales, à Madrid, en battant au passage la Russe Elena Dementieva, 4e joueuse mondiale. Le niveau de jeu et la forme physique sont bel et bien là, mais la grande inconnue est de savoir si elle arrivera (enfin !) à faire face à la pression.

Si les espoirs sont maigres sur le papier, il est de notoriété publique que c'est en position d'outsiders que les Frenchies sont les plus dangereux. Espoir, quand tu nous tiens...

Première publication : 21/05/2009

COMMENTAIRE(S)