Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

Moyen-Orient

Un magnat égyptien condamné à mort pour le meurtre d'une chanteuse

Dernière modification : 21/05/2009

Le tribunal pénal du Caire a condamné à mort par pendaison l'homme d'affaires égyptien Hicham Talaat Moustafa. Il a été reconnu coupable du meurtre de son ancienne compagne, la chanteuse libanaise Suzanne Tamim.

AFP - Un magnat égyptien de l'immobilier et pilier du parti au pouvoir, Hicham Talaat Moustafa, a été condamné à mort jeudi pour le meurtre d'une chanteuse libanaise avec laquelle il aurait eu une relation intime.

Le juge du tribunal pénal du Caire a ordonné que l'homme d'affaires soit pendu pour avoir commandité ce crime. Un policier à la retraite, Mohsen al-Soukkari, jugé dans le même procès, a été également condamné à mort par pendaison pour avoir exécuté le meurtre de Suzanne Tamim, 30 ans.

Les deux condamnés, présents à l'annonce du verdict, peuvent interjeter appel. L'audience s'est déroulée au milieu de strictes mesures de sécurité.

L'affaire, mélange de meurtre, de pouvoir, de show-business et de sexe, a été très suivie au Liban et en Egypte, un pays où les puissants hommes d'affaires font rarement face à la justice.

Les autorités ont dû imposer un black-out médiatique sur le procès ouvert en octobre 2008 et poursuivi des journalistes qui ne l'ont pas respecté.

M. Moustafa, 49 ans, un pilier du Parti national démocrate (PND), est accusé d'avoir payé Soukkari, deux millions de dollars pour tuer Suzanne Tamim, retrouvée morte le 28 juillet 2008 dans son appartement de Dubaï, atteinte de plusieurs coups de couteau et la gorge entaillée.

Selon l'accusation, après avoir surveillé son appartement, M. Soukkari s'y était rendu en se présentant comme un employé de l'immeuble et l'avait poignardée à mort.

La chanteuse, qui aurait eu une vie sentimentale tumultueuse, s'était fait connaître après avoir gagné un concours de jeunes talents en 1996.

Elle avait eu, selon la presse égyptienne, une relation intime avec M. Moustafa durant trois ans qui s'est terminée quelques mois avant le meurtre. Elle avait alors quitté l'Egypte pour Londres, avant de s'installer à Dubaï.

M. Moustafa, qui dirige Talaat Mustafa Group, une société immobilière pesant plusieurs milliards de dollars, est également membre du Conseil consultatif (Sénat).
 

Première publication : 21/05/2009

COMMENTAIRE(S)