Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

Amériques

Obama décidé à fermer Guantanamo malgré le vote du Sénat

Dernière modification : 21/05/2009

Fermer la prison de Guantanamo était l'une des principales promesses du candidat Obama. Malgré le Sénat, qui a refusé mercredi de lui accorder des fonds à cet effet, Obama devrait réitérer son engagement, selon des sources officielles.

AFP - Près de 14% des ex-détenus libérés de la prison américaine de Guantanamo ont récidivé et repris des activités terroristes, affirme jeudi le New York Times, citant un rapport confidentiel du Pentagone.

Au moins 74 prisonniers relâchés de la prison de la base navale de Guantanamo, louée par les Etats-Unis sur l'île de Cuba, ont renoué avec le terrorisme, soit un taux de récidive de 14%, indique le New York Times.

La publication de ces informations intervient le jour d'un important discours du président américain Obama sur la lutte contre le terrorisme, au cours duquel il doit notamment préciser ses intentions sur la prison de Guantanamo, où sont actuellement détenus quelque 240 suspects.

Le président Obama s'est engagé à fermer ce centre de détention d'ici janvier 2010, une de ses principales promesses de campagne mais aussi un projet très contesté aux Etats Unis.

Sur 74 récidivistes qui ont repris la lutte armée, 29 sont formellement identifiés par leur nom dans le rapport du Pentagone. Les autres noms n'ont pas été rendus publics pour des raisons de sécurité, toujours selon le New York Times.

Parmi ces récidivistes figurent un leader de la branche d'Al-Qaïda au Yémen, Saïd Ali al-Shihri, suspecté d'être impliqué dans l'attaque de l'ambassade américaine en 2008 à Sanaa, et un commandant taliban afghan, Abdullah Ghulam Rasoul, également connu sous le nom de mollah Abdullah Zakir.
 

Première publication : 21/05/2009

COMMENTAIRE(S)