Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France : le dialogue social est-il en panne ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : Berlin lâche du lest

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les mille et une vies de Daniel Russo

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : la police dans la ligne de mire des Taliban

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le cognac, la liqueur des dieux

En savoir plus

Amériques

Obama décidé à fermer Guantanamo malgré le vote du Sénat

Dernière modification : 21/05/2009

Fermer la prison de Guantanamo était l'une des principales promesses du candidat Obama. Malgré le Sénat, qui a refusé mercredi de lui accorder des fonds à cet effet, Obama devrait réitérer son engagement, selon des sources officielles.

AFP - Près de 14% des ex-détenus libérés de la prison américaine de Guantanamo ont récidivé et repris des activités terroristes, affirme jeudi le New York Times, citant un rapport confidentiel du Pentagone.

Au moins 74 prisonniers relâchés de la prison de la base navale de Guantanamo, louée par les Etats-Unis sur l'île de Cuba, ont renoué avec le terrorisme, soit un taux de récidive de 14%, indique le New York Times.

La publication de ces informations intervient le jour d'un important discours du président américain Obama sur la lutte contre le terrorisme, au cours duquel il doit notamment préciser ses intentions sur la prison de Guantanamo, où sont actuellement détenus quelque 240 suspects.

Le président Obama s'est engagé à fermer ce centre de détention d'ici janvier 2010, une de ses principales promesses de campagne mais aussi un projet très contesté aux Etats Unis.

Sur 74 récidivistes qui ont repris la lutte armée, 29 sont formellement identifiés par leur nom dans le rapport du Pentagone. Les autres noms n'ont pas été rendus publics pour des raisons de sécurité, toujours selon le New York Times.

Parmi ces récidivistes figurent un leader de la branche d'Al-Qaïda au Yémen, Saïd Ali al-Shihri, suspecté d'être impliqué dans l'attaque de l'ambassade américaine en 2008 à Sanaa, et un commandant taliban afghan, Abdullah Ghulam Rasoul, également connu sous le nom de mollah Abdullah Zakir.
 

Première publication : 21/05/2009

COMMENTAIRE(S)