Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Moyen-Orient

Liban, la politique en héritage

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 06/06/2009

Le 7 juin, les Libanais se rendront aux urnes pour élire leurs députés. Au traditionnel féodalisme politique s'ajoute désormais une multitude de candidats apparentés à un "martyr", ce qui souligne la violence qui régit le pays du Cèdre.

Le 7 juin prochain, les Libanais sont convoqués aux urnes pour élire leurs députés. Ce scrutin à l’issue indécise sera décisif pour l’avenir toujours incertain du pays. Un peu plus de 580 candidats vont se disputer les 128 sièges du Parlement. Parmi eux, une catégorie se dégage. Elle rassemble les candidats des dynasties politiques libanaises. Au traditionnel féodalisme politique - inhérent au régime confessionnel en vigueur - s’ajoute une multitude de candidats apparentés à un "martyr", ce qui met un peu plus en exergue la violence de la vie politique au Liban. Deux ténors de la majorité actuelle, Walid Joumblatt et Saad Hariri (photo), ont ainsi succédé à leurs pères, Kamal Joumblatt et Rafic Hariri, respectivement  assassinés en 1977 et en 2005.

Héritiers de martyrs

Qu’ils soient fils ou filles d’hommes politiques assassinés ou héritiers d’un fief électoral (voire les deux), près d’une trentaine de candidats au prochain scrutin législatif  portent un "nom" familier des électeurs, souvent gage de succès. Parmi les plus connus, Nadim Gemayel, fils de l’ancien président de la République libanaise Bachir Gemayel, assassiné en 1982 et dont la dynastie est souvent comparée à celle des Kennedy, en raison de ses nombreux membres tués. Il se présente pour la première fois aux élections à Beyrouth, tout comme sa colistière Nayla Tuéni, 24 ans, fille du journaliste et député Gebran Tuéni, assassiné en 2005.

Il n’est toutefois pas le seul candidat issu de cette famille maronite, bien ancrée sur la scène politique. Son cousin, Sami, est lui aussi candidat, mais dans une autre circonscription, dans le Metn. S’il est élu, le fils de l’ex-président de la République Amine Gemayel succèdera au Parlement à son frère, Pierre, jeune député et ancien ministre de l’Industrie assassiné en 2006.

Une relève qui porte "les stigmates de la violence"

Dans le nord du pays, à Zgharta, c’est Michel Moawad qui prend la relève de sa mère, Nayla, députée, ancienne ministre et… veuve du président Réné Moawad, assassiné en 1989."Si je suis très fier d’être le fils de mes parents, je préfère que les électeurs m’accordent leurs voix pour soutenir mon programme et mon parcours politique, plutôt que pour mon nom de famille", déclare-t-il à France 24.

"Je ne veux pas conforter le système féodal libanais, auquel je ne crois pas. Il ne doit pas perdurer et je me bats justement pour faire entendre la voix des jeunes et leur permettre de participer à la vie démocratique", ajoute Michel Moawad, qui reconnaît que son nom lui permet de mieux faire entendre sa voix. "La jeune génération à laquelle appartient mon fils est consciente des dangers, puisqu’elle a été marquée dès l’enfance par les stigmates de la violence. Elle doit se montrer à la hauteur et continuer la bataille pour la souveraineté du Liban", estime Nayla Moawad.

Beau-fils, neveu et femme "de"

Opposé aux Moawad dans cette circonscription, Sleimane Frangié est l’héritier du fief électoral longtemps tenu par son grand-père, l’ancien président éponyme, et par son père assassiné en 1978 : le député Tony Frangié. Ce proche du président syrien Bachar al-Assad va tenter de reconquérir son siège perdu en 2005. Son allié de l’opposition, le général Michel Aoun, qui avait récolté la majorité des voix chrétiennes en 2005, n’est pas issu d’une grande famille politique. D’origine modeste, il se targue d’être le premier des pourfendeurs du féodalisme politique. Pourtant, il a récemment propulsé Gebran Bassil, son beau-fils, à la tête du ministère des Télécommunications... Ce dernier est, à l’instar du neveu du général Aoun, Alain, candidat à la députation. Son éternel rival, qui brigue également les suffrages chrétiens, Samir Geagea, leader des Forces libanaises, a désigné son épouse, Sethrida, comme candidate dans son fief de Bécharré, situé dans le nord du pays.

Cette liste non exhaustive des nouvelles et des anciennes dynasties politiques, auxquelles on peut ajouter les Chamoun, les Karamé et les El-Assaad, met en lumière le cloisonnement de la vie politique au pays du Cèdre. Mais en y regardant de plus près, en plus de la légitimité que leur confère leurs noms de famille - comme le veut la tradition au Moyen-Orient -, il s’agit pour nombre d’entre eux de défier la série d’assassinats politiques qui a décimé leurs familles.
 

Première publication : 22/05/2009

COMMENTAIRE(S)