Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

MODE

La haute couture, de l’art au business

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité : colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la Défense camerounais

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • La délicate opération de renflouement du Costa Concordia a commencé

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

Economie

S'il reprend Opel, Fiat promet moins de 10 000 licenciés en Europe

©

Dernière modification : 22/05/2009

Le groupe italien Fiat a annoncé que son plan de reprise du constructeur allemand Opel prévoit des suppressions d'emplois en Europe "inférieures à 10 000", contrairement au chiffre de 18 000 avancé par des syndicalistes d'outre-Rhin.

AFP - Le groupe automobile Fiat a indiqué vendredi que son plan de reprise de l'allemand Opel prévoyait des suppressions d'emplois en Europe "inférieures à 10.000", démentant le chiffre de 18.000 évoqué par certains syndicalistes allemands.

"Le plan de Fiat prévoit que la réduction des effectifs, distribuée à travers toute l'Europe et de manière progressive dans le temps, sera globalement inférieure à 10.000. L'impact en Allemagne sera donc significativement plus bas que ce chiffre", écrit le groupe italien dans un communiqué.

"Depuis un certain temps, des informations ont circulé disant que dans le cas où Fiat ferait l'acquisition d'Opel, il y aurait environ 18.000 suppressions d'emplois en Allemagne. Ces informations sont totalement dénuées de fondement", a ajouté le groupe.

Le chiffre de 18.000 suppressions d'emplois, dans toute l'Europe et pas seulement en Allemagne, avait été évoqué par des syndicalistes et la presse allemande qui citaient un premier plan de Fiat pour la reprise d'Opel, filiale de l'américain General Motors (GM), mais le groupe italien avait déjà démenti ces informations début mai.

Jeudi, le patron de Fiat, Sergio Marchionne, a indiqué au Spiegel online vouloir "réduire de 20% les capacités de production dans le nouveau groupe fait de Fiat et des filiales européennes de GM", à savoir Opel et la marque britannique Vauxhall.

Mais cela ne veut pas dire que le nombre d'emplois doit baisser de 20%, a précisé M. Marchionne, en rappelant qu'il voulait garder les quatre usines allemandes d'Opel.

Première publication : 22/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)