Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le Parlement assouplit la loi sur la consommation de stupéfiants

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron présents à l'hommage au policier Xavier Jugelé

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'hommage à Xavier Jugelé émeut mais n'évite pas les polémiques

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Emmanuel Macron est soutenu par les marchés financiers"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Il y aura une nouvelle Europe, un nouveau traité"

En savoir plus

FOCUS

À la "Frontière Sud" du Mexique, où commence vraiment le mur contre les migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Reda Kateb, un Django Reinhardt qui nous parle d'aujourd'hui

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Travaillez, M. Macron"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La majorité des Français n'a pas de candidat au second tour"

En savoir plus

Culture

Lars von Trier reçoit un "anti-prix" du film "le plus misogyne"

Dernière modification : 24/05/2009

Le long métrage "Antichrist", de Lars von Trier (photo), s'est distingué sur la Croisette en recevant un "anti-prix" du jury œcuménique du Festival de Cannes. Il s'agit pour lui du "film le plus misogyne" jamais réalisé par le cinéaste danois.

AFP - Le jury oecuménique 2009 a décerné samedi à Cannes son prix au film "Looking for Eric" du Britannique Ken Loach, les jurés accordant par ailleurs "à titre individuel et solidaire un anti-prix", pour misogynie, au film de Lars von Trier "Antichrist".
  
Lors de la remise du prix, le président du jury, le cinéaste roumain Radu Mihaileanu, a affirmé dans une déclaration écrite sur un mode ironique, que les jurés avaient considéré de leur "devoir d'honorer le film le plus misogyne du +plus grand cinéaste du monde+", en référence à une déclaration elle-même ironique du cinéaste danois.
  

Lars von Trier "suggère finement que la femme doit être brûlée sur le bûcher pour sauver le monde et pour que l'homme puisse enfin se mettre debout", ajoutait la déclaration lue à l'AFP par M. Mihaileanu.
  
Le président du jury a ajouté que cet "anti-prix" avait été décerné "à titre individuel et solidaire par les six jurés", "en dehors du rôle stricto sensu du jury oecuménique".
  
Interrogé par l'AFP, le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux s'est insurgé contre ce qu'il considère être "une décision ridicule qui frise l'appel à la censure, scandaleuse de la part d'un jury oecuménique présidé qui plus est par un cinéaste".
  
Le film primé de manière officielle, "Looking for Eric", a quant à lui reçu le prix "pour sa grande qualité artistique et son approche humoristique, optimiste et humaniste de la société contemporaine en pleine crise", selon le jury.
  
Une mention spéciale a été accordée au film de l'Autrichien Michael Haneke, "Le ruban blanc", qui nous "incite à la plus grande vigilance devant les symptômes de notre violence personnelle, qui creuse aussi le lit de la violence sociale et politique", selon un communiqué.
  
Composé de six personnes (journalistes, critiques, etc) membres des Eglises chrétiennes et issus de cultures et de pays différents, le jury oecuménique, qui fête ses 35 ans, distingue des oeuvres "aux qualités humaines qui touchent à la dimension spirituelle de l'existence".

Première publication : 24/05/2009

COMMENTAIRE(S)