Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Premier budget de Trump : prendre aux pauvres pour donner aux riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Réforme du travail : Macron à l'épreuve du feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Diane Kruger en compétition avec "In the Fade"

En savoir plus

FOCUS

Afrique de l'Ouest : un navire pour lutter contre le pillage de la pêche

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : au cœur de la bataille de Mossoul, autopsie d'un chaos

En savoir plus

MODE

Expos, défilé, livre : Jacquemus déclare son amour à Marseille

En savoir plus

Culture

Lars von Trier reçoit un "anti-prix" du film "le plus misogyne"

Dernière modification : 24/05/2009

Le long métrage "Antichrist", de Lars von Trier (photo), s'est distingué sur la Croisette en recevant un "anti-prix" du jury œcuménique du Festival de Cannes. Il s'agit pour lui du "film le plus misogyne" jamais réalisé par le cinéaste danois.

AFP - Le jury oecuménique 2009 a décerné samedi à Cannes son prix au film "Looking for Eric" du Britannique Ken Loach, les jurés accordant par ailleurs "à titre individuel et solidaire un anti-prix", pour misogynie, au film de Lars von Trier "Antichrist".
  
Lors de la remise du prix, le président du jury, le cinéaste roumain Radu Mihaileanu, a affirmé dans une déclaration écrite sur un mode ironique, que les jurés avaient considéré de leur "devoir d'honorer le film le plus misogyne du +plus grand cinéaste du monde+", en référence à une déclaration elle-même ironique du cinéaste danois.
  

Lars von Trier "suggère finement que la femme doit être brûlée sur le bûcher pour sauver le monde et pour que l'homme puisse enfin se mettre debout", ajoutait la déclaration lue à l'AFP par M. Mihaileanu.
  
Le président du jury a ajouté que cet "anti-prix" avait été décerné "à titre individuel et solidaire par les six jurés", "en dehors du rôle stricto sensu du jury oecuménique".
  
Interrogé par l'AFP, le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux s'est insurgé contre ce qu'il considère être "une décision ridicule qui frise l'appel à la censure, scandaleuse de la part d'un jury oecuménique présidé qui plus est par un cinéaste".
  
Le film primé de manière officielle, "Looking for Eric", a quant à lui reçu le prix "pour sa grande qualité artistique et son approche humoristique, optimiste et humaniste de la société contemporaine en pleine crise", selon le jury.
  
Une mention spéciale a été accordée au film de l'Autrichien Michael Haneke, "Le ruban blanc", qui nous "incite à la plus grande vigilance devant les symptômes de notre violence personnelle, qui creuse aussi le lit de la violence sociale et politique", selon un communiqué.
  
Composé de six personnes (journalistes, critiques, etc) membres des Eglises chrétiennes et issus de cultures et de pays différents, le jury oecuménique, qui fête ses 35 ans, distingue des oeuvres "aux qualités humaines qui touchent à la dimension spirituelle de l'existence".

Première publication : 24/05/2009

COMMENTAIRE(S)