Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

Moyen-Orient

Lieberman écarte tout retour aux frontières de 1967

Vidéo par Damien COQUET

Dernière modification : 25/05/2009

Le ministre israélien des Affaires étrangères a ouvertement refusé un retour de l'État hébreu dans ses frontières de1967 alors que Washington fait monter la pression pour que le pays démantèle ses "colonies sauvages" en Cisjordanie.

AFP - Le chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman, a écarté dimanche le retour d'Israël sur ses frontières d'avant la guerre israélo-arabe de juin 1967.
  
"Aujourd'hui, un retour aux frontières de 1967, comme on nous presse de le faire, ne mettrait pas fin au conflit (avec les Palestiniens) et ne garantirait ni la paix, ni la sécurité", a déclaré M. Lieberman aux journalistes avant la séance hebdomadaire du cabinet israélien à Jérusalem.
  
"Cela reviendrait simplement à déplacer le conflit à l'intérieur des frontières de 1967", a-t-il ajouté.
  
Lors de la guerre de juin 1967, Israël avait occupé Jérusalem-est et la Cisjordanie, le plateau syrien du Golan, la bande de Gaza et le Sinaï égyptien. L'Etat hébreu s'est retiré du Sinaï en 1982 et de la bande de Gaza en 2005.
  
M. Lieberman a tenu ces propos alors que le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu, confronté aux pressions internationales sur le gel de la colonisation israélienne dans les Territoires occupés, doit examiner dimanche le dossier des colonies sauvages en Cisjordanie.
  
Le président américain Barack Obama a réclamé lundi l'arrêt de la colonisation, en présence de M. Netanyahu, à l'occasion de la première rencontre entre les deux hommes depuis leur arrivée au pouvoir.
  
Interrogé à ce sujet, M. Lieberman a déclaré: "s'il faut démanteler ces colonies (sauvages), cela doit se faire dans le cadre bien ordonné d'un plan global".
  
"Il conviendrait peut-être de reconsidérer la Feuille de route dans toutes les étapes qu'elle prévoit et s'il est, dans ce contexte, nécessaire de démanteler les colonies sauvages, alors nous le ferons", a-t-il ajouté.
  
La Feuille de route est un plan de paix lancé en 2003 par le Quartette (Etats-Unis, UE, Russie, ONU) et qui a été accepté par Israël. Il prévoit l'avènement d'un Etat palestinien par étapes, notamment la fin des violences et le gel de la colonisation juive.
  
La question des colonies sauvages divise le gouvernement israélien. Le ministre travailliste de la Défense Ehud Barak a averti mercredi qu'il "comptait faire respecter la loi et évacuer rapidement les points de colonisation non-autorisés".
  
Le vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï, également travailliste, a abondé dans son sens dimanche, mais leur collègue de l'Intérieur et chef du parti Shass orthodoxe sépharade, Eli Yishaï, a prévenu qu'"il ne faut pas démanteler les colonies sauvages (...) Si on veut appliquer la loi, alors cela concerne aussi les Arabes qui construisent illégalement".
  
De leur côté, les colons maintiennent la pression. L'une de leurs dirigeantes, Daniela Weiss, a enjoint les membres du Likoud de M. Netanyahu, "à sortir de la torpeur en exigeant que la construction reprenne en Judée-Samarie (Cisjordanie) et dans la bande de Gaza".
  
Les colonies sauvages ont été créées sans le feu vert des autorités israéliennes, mais aux yeux de la communauté internationale toutes les implantations israéliennes dans les territoires occupés sont illégales.
  
Israël s'est engagé auprès des Etats-Unis à démanteler celles créées après mars 2001, soit au moins 24.
  
Selon le mouvement israélien anti-colonisation la Paix Maintenant, plus de 100 colonies créés illégalement en Cisjordanie ont par ailleurs finalement reçu l'aval des et le soutien matériel des autorités.

Première publication : 24/05/2009

COMMENTAIRE(S)