Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

Amériques

Chavez et Correa souhaitent se protèger des "abus de la presse"

Dernière modification : 25/05/2009

Réunis à Quito, le président équatorien, Rafael Correa, et son homologue vénézuélien, Hugo Chavez, ont proposé la création d'un organisme visant à "assainir" les médias avec qui ils entretiennent tous deux des rapports plus que houleux.

AFP - Les présidents vénézuélien et équatorien, réunis à Quito depuis samedi ont annoncé qu'ils proposeraient à l'Union des nations sud-américaines (Unasur) la création d'un organisme qui défende les gouvernements contre les abus de la presse.
  
Le président équatorien Rafael Correa a annoncé qu'il "proposerait formellement la création d'organismes qui défendent les citoyens et les gouvernements légitimement élus contre les abus de la presse", lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue vénézuélien.
  
M. Correa qui assumera en juin la présidence tournante de l'Unasur, a promis d'"assainir" la presse de son pays, "corrompue et instrument de l'oligarchie", "principal ennemi du changement".
  
"L'Equateur compte sur tout l'appui du Venezuela dans sa lutte interne contre ce phénomène qui frise la folie fasciste", a renchéri Hugo Chavez.
  
L'annonce de M. Correa intervient alors que les deux dirigeants de gauche ont des relations particulièrement tendues avec certains médias. Au Venezuela, la chaîne d'opposition Globovision a accusé le gouvernement de chercher à la contraindre au silence après la perquisition jeudi soir d'une propriété appartenant à son président Guillermo Zuloaga.
  
"Ils prétendent se draper dans le manteau de l'impunité. C'est une lutte quotidienne et franchement, nous la mènerons avec force", a déclaré M. Chavez.
  
Samedi, Rafael Correa a pour sa part annoncé un audit sévère des fréquences audiovisuelles, dénoçant des irrégularités dans leur attribution.

Première publication : 25/05/2009

COMMENTAIRE(S)