Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

EUROPE

Karadzic se dit protégé par un accord secret conclu avec Washington

Vidéo par Stéphanie MAUPAS

Dernière modification : 25/05/2009

L'ex-chef politique serbe Radovan Karadzic a déposé une motion demandant l'annulation de l'acte d'accusation du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Il affirme qu'un accord conclu en 1996 le protège de toute poursuite.

AFP - L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a déposé lundi une motion affirmant qu'il existe des preuves de l'existence d'un accord avec le négociateur américain Richard Holbrooke le protégeant de toute poursuite.

Dans la motion déposée devant le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie, Radovan Karadzic, arrêté à Belgrade le 21 juillet 2008, demande l'annulation de l'acte d'accusation contre lui.

"L'acte d'accusation devrait être annulé ou la procédure rejetée pour que les mains du tribunal ne soient pas salies par la tromperie de Holbrooke", affirme M. Karadzic dans sa motion.

Selon lui, un accord secret conclu avec Richard Holbrooke lors d'une réunion à Belgrade les 18 et 19 juillet 1996 le protégeait de toute poursuite du TPI à la condition qu'il se retire complètement de la vie publique.

M. Karadzic, accusé de génocide, de crimes de guerre et contre l'humanité, "a rempli sa part de l'accord. Il veut maintenant obtenir que le tribunal remplisse celle de Holbrooke", indique la motion.

"Nous avons quinze témoins de cet accord", a affirmé le conseiller légal de M. Karadzic, Peter Robinson, lors d'une conférence de presse à La Haye. "Nos preuves ne proviennent pas seulement du docteur Karadzic lui-même, mais aussi de personnes présentes à la réunion", a-t-il ajouté.

Deux de ces personnes sont des "témoins directs", selon M. Robinson: l'ex-président du Parlement des Serbes de Bosnie Momcilo Krajisnik et le ministre des Affaires étrangères de l'époque Aleksa Buha.

"Il y a aussi des preuves provenant de trois membres du ministère américain des Affaires étrangères" ainsi que des "documents du gouvernement américain que nous avons pu identifier", a-t-il poursuivi.

"Les Etats-Unis n'ont toutefois pas été en mesure de fournir un seul document sur la réunion elle-même", a déploré M. Robinson.

Outre MM. Krajisnik et Buha, l'ex-président serbe Slobodan Milosevic et l'ex-chef du renseignement serbe Jovica Stanisic assistaient à la réunion dont ils ont communiqué le contenu à Karadzic, qui y participait par téléphone depuis Pale.

L'accord a été signé par les représentants des Serbes de Bosnie mais M. Holbrooke, qui "agissait sous l'autorité apparente du Conseil de sécurité" des Nations unies, "a refusé de signer", selon Peter Robinson.

Richard Holbrooke, l'architecte des accords de Dayton qui avaient mis fin à la guerre de Bosnie (1992-1995), a toujours nié l'existence d'un tel accord.

Radovan Karadzic, qui se défend seul devant le TPI, plaide non coupable des accusations de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité durant la guerre de Bosnie.

En décembre 2008, le TPI avait estimé qu'un éventuel accord d'immunité judiciaire ne valait pas pour les personnes devant répondre de ces accusations devant une juridiction internationale.

"Il n'exige pas une immunité résultant de sa position de chef d'Etat, il se prévaut d'un accord de coopération", a souligné son conseiller légal.

Le bureau du procureur peut répondre à la motion dans un délai de 14 jours avant son examen par le TPI.

Première publication : 25/05/2009

COMMENTAIRE(S)