Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Valls demande la confiance pour une gauche "qui a la courage de réformer"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

EUROPE

Karadzic se dit protégé par un accord secret conclu avec Washington

Vidéo par Stéphanie MAUPAS

Dernière modification : 25/05/2009

L'ex-chef politique serbe Radovan Karadzic a déposé une motion demandant l'annulation de l'acte d'accusation du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Il affirme qu'un accord conclu en 1996 le protège de toute poursuite.

AFP - L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a déposé lundi une motion affirmant qu'il existe des preuves de l'existence d'un accord avec le négociateur américain Richard Holbrooke le protégeant de toute poursuite.

Dans la motion déposée devant le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie, Radovan Karadzic, arrêté à Belgrade le 21 juillet 2008, demande l'annulation de l'acte d'accusation contre lui.

"L'acte d'accusation devrait être annulé ou la procédure rejetée pour que les mains du tribunal ne soient pas salies par la tromperie de Holbrooke", affirme M. Karadzic dans sa motion.

Selon lui, un accord secret conclu avec Richard Holbrooke lors d'une réunion à Belgrade les 18 et 19 juillet 1996 le protégeait de toute poursuite du TPI à la condition qu'il se retire complètement de la vie publique.

M. Karadzic, accusé de génocide, de crimes de guerre et contre l'humanité, "a rempli sa part de l'accord. Il veut maintenant obtenir que le tribunal remplisse celle de Holbrooke", indique la motion.

"Nous avons quinze témoins de cet accord", a affirmé le conseiller légal de M. Karadzic, Peter Robinson, lors d'une conférence de presse à La Haye. "Nos preuves ne proviennent pas seulement du docteur Karadzic lui-même, mais aussi de personnes présentes à la réunion", a-t-il ajouté.

Deux de ces personnes sont des "témoins directs", selon M. Robinson: l'ex-président du Parlement des Serbes de Bosnie Momcilo Krajisnik et le ministre des Affaires étrangères de l'époque Aleksa Buha.

"Il y a aussi des preuves provenant de trois membres du ministère américain des Affaires étrangères" ainsi que des "documents du gouvernement américain que nous avons pu identifier", a-t-il poursuivi.

"Les Etats-Unis n'ont toutefois pas été en mesure de fournir un seul document sur la réunion elle-même", a déploré M. Robinson.

Outre MM. Krajisnik et Buha, l'ex-président serbe Slobodan Milosevic et l'ex-chef du renseignement serbe Jovica Stanisic assistaient à la réunion dont ils ont communiqué le contenu à Karadzic, qui y participait par téléphone depuis Pale.

L'accord a été signé par les représentants des Serbes de Bosnie mais M. Holbrooke, qui "agissait sous l'autorité apparente du Conseil de sécurité" des Nations unies, "a refusé de signer", selon Peter Robinson.

Richard Holbrooke, l'architecte des accords de Dayton qui avaient mis fin à la guerre de Bosnie (1992-1995), a toujours nié l'existence d'un tel accord.

Radovan Karadzic, qui se défend seul devant le TPI, plaide non coupable des accusations de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité durant la guerre de Bosnie.

En décembre 2008, le TPI avait estimé qu'un éventuel accord d'immunité judiciaire ne valait pas pour les personnes devant répondre de ces accusations devant une juridiction internationale.

"Il n'exige pas une immunité résultant de sa position de chef d'Etat, il se prévaut d'un accord de coopération", a souligné son conseiller légal.

Le bureau du procureur peut répondre à la motion dans un délai de 14 jours avant son examen par le TPI.

Première publication : 25/05/2009

COMMENTAIRE(S)