Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cuba tourne-t-elle vraiment la page de l'ère Castro ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : l'inquiétude des déplacés en Ituri

En savoir plus

Moyen-Orient

Nasrallah accuse Israël d'être derrière l'article du "Spiegel"

Vidéo par Jonathan WALSH

Dernière modification : 26/05/2009

Le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, assure qu'Israël est à l'origine de l'article du "Spiegel". Le magazine allemand affirme que le TSL suspecte le parti chiite d'être impliqué dans l'attentat contre l'ex-Premier ministre Rafic Hariri.

AFP - Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a qualifié lundi de de "très très, très dangereux" l'article de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel impliquant son mouvement dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, et y a vu la main d'Israël.

"L'article de Der Spiegel est très, très, très dangereux. Il ne s'agit pas d'une simple information de presse que nous n'allons pas commenter", a déclaré le chef du mouvement chiite libanais devant des milliers de partisans rassemblés dans la banlieue sud de Beyrouth à l'occasion du 9ème anniversaire du retrait israélien du sud du Liban après 22 ans d'occupation.

Selon Der Spiegel, la commission d'enquête internationale chargée de faire la lumière sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005 s'orienterait désormais vers une piste menant au Hezbollah.

"Israël a d'ores et déjà accusé (le Hezbollah) et prévenu que si la communauté internationale n'agissait pas contre le Hezbollah, c'est lui qui se chargerait de punir le Hezbollah et son chef", a affirmé M. Nasrallah.

Le chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman, a appelé dimanche la communauté internationale à lancer un mandat d'arrêt international contre le chef du Hezbollah après la publication de l'article.

"Il s'agit d'une accusation israélienne à l'encontre du Hezbollah, et nous allons traiter ces accusations comme telles", a-t-il prévenu, sans donner plus d'explications.

Rafic Hariri, Premier ministre sous la tutelle syrienne devenu opposant à l'hégémonie de Damas au Liban, a été tué avec 22 autres personnes dans un attentat à Beyrouth le 14 février 2005.
 

Première publication : 25/05/2009

COMMENTAIRE(S)