Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Rangoun dénonce l'ingérence de l'Asean dans l'affaire Suu Kyi

Vidéo par Cyril PAYEN

Dernière modification : 26/05/2009

Une semaine après que la Thaïlande a appelé, au nom de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), à la libération de l'opposante Aung San Suu Kyi, le régime birman dénonce une "ingérence dans ses affaires intérieures".

AFP - La Birmanie a "vigoureusement rejeté" une déclaration de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) exigeant la libération de l'opposante Aung San Suu Kyi, affirmant qu'elle "équivalait à une ingérence dans ses affaires intérieures", a indiqué lundi un journal officiel.

Le 18 mai, la Thaïlande, en sa qualité de présidente en exercice de l'Asean, avait exprimé sa "grave préoccupation" concernant le procès de Mme Suu Kyi, qui venait de s'ouvrir à huis clos dans une prison au nord de Rangoun, et avait rappelé que les dirigeants du bloc régional s'étaient prononcés pour la "libération immédiate" de l'opposante.

La Birmanie, un des dix pays membres de l'Asean, a accusé la Thaïlande de "ne pas avoir permis une discussion" sur ce texte qui aurait dû être diffusé "après consensus", souligne la réaction officielle de la junte militaire reproduite dans le quotidien New Light of Myanmar.

Cette déclaration de la présidence tournante de l'Asean "n'est pas conforme avec les pratiques" de l'association, est "inexacte factuellement" et "s'ingère dans les affaires intérieures" de la Birmanie qui la "rejette vigoureusement".

"Il est noté avec tristesse que la présidente en exercice de l'Asean n'a pas réussi à préserver la dignité de l'Asean, la dignité de la Birmanie et la dignité de la Thaïlande", ajoute le gouvernement des généraux.

L'Asean s'était inquiétée de la "santé fragile" de Mme Suu Kyi mais le régime birman a répondu qu'elle recevait une "attention médicale adéquate" et qu'elle était "en bonne santé", a précisé le New Light of Myanmar.

Dans sa déclaration, la junte explique que Mme Suu Kyi est jugée pour avoir violé les restrictions liées à son assignation à résidence en "permettant" à un Américain, John Yettaw, de "rester" chez elle pendant deux jours début mai. "Elle a communiqué avec lui, lui a donné de la nourriture et l'a hébergé".

La déclaration birmane a été diffusée alors que le régime des généraux risque d'être de nouveau mis en accusation lors de réunions ministérielles Europe-Asie à Hanoï lundi et mardi et à Phnom Penh mercredi et jeudi.

L'Asean regroupe Bruneï, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Birmanie, Philippines, Singapour, Vietnam et Thaïlande.
 

Première publication : 25/05/2009

COMMENTAIRE(S)