Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Rangoun dénonce l'ingérence de l'Asean dans l'affaire Suu Kyi

©

Vidéo par Cyril PAYEN

Dernière modification : 26/05/2009

Une semaine après que la Thaïlande a appelé, au nom de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), à la libération de l'opposante Aung San Suu Kyi, le régime birman dénonce une "ingérence dans ses affaires intérieures".

AFP - La Birmanie a "vigoureusement rejeté" une déclaration de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) exigeant la libération de l'opposante Aung San Suu Kyi, affirmant qu'elle "équivalait à une ingérence dans ses affaires intérieures", a indiqué lundi un journal officiel.

Le 18 mai, la Thaïlande, en sa qualité de présidente en exercice de l'Asean, avait exprimé sa "grave préoccupation" concernant le procès de Mme Suu Kyi, qui venait de s'ouvrir à huis clos dans une prison au nord de Rangoun, et avait rappelé que les dirigeants du bloc régional s'étaient prononcés pour la "libération immédiate" de l'opposante.

La Birmanie, un des dix pays membres de l'Asean, a accusé la Thaïlande de "ne pas avoir permis une discussion" sur ce texte qui aurait dû être diffusé "après consensus", souligne la réaction officielle de la junte militaire reproduite dans le quotidien New Light of Myanmar.

Cette déclaration de la présidence tournante de l'Asean "n'est pas conforme avec les pratiques" de l'association, est "inexacte factuellement" et "s'ingère dans les affaires intérieures" de la Birmanie qui la "rejette vigoureusement".

"Il est noté avec tristesse que la présidente en exercice de l'Asean n'a pas réussi à préserver la dignité de l'Asean, la dignité de la Birmanie et la dignité de la Thaïlande", ajoute le gouvernement des généraux.

L'Asean s'était inquiétée de la "santé fragile" de Mme Suu Kyi mais le régime birman a répondu qu'elle recevait une "attention médicale adéquate" et qu'elle était "en bonne santé", a précisé le New Light of Myanmar.

Dans sa déclaration, la junte explique que Mme Suu Kyi est jugée pour avoir violé les restrictions liées à son assignation à résidence en "permettant" à un Américain, John Yettaw, de "rester" chez elle pendant deux jours début mai. "Elle a communiqué avec lui, lui a donné de la nourriture et l'a hébergé".

La déclaration birmane a été diffusée alors que le régime des généraux risque d'être de nouveau mis en accusation lors de réunions ministérielles Europe-Asie à Hanoï lundi et mardi et à Phnom Penh mercredi et jeudi.

L'Asean regroupe Bruneï, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Birmanie, Philippines, Singapour, Vietnam et Thaïlande.
 

Première publication : 25/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)