Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'opposante Aung San Suu Kyi entendue par ses juges

Vidéo par Cyril PAYEN

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 26/05/2009

La junte militaire birmane s'estime en droit de prolonger l'assignation à résidence d'Aung San Suu Kyi pour une durée de six mois. Jugée pour avoir enfreint les règles de cette peine, l'opposante doit s'adresser à ses juges ce mardi.

Le régime militaire en Birmanie a affirmé mardi qu'il était en droit de prolonger encore de six mois la période d'assignation à résidence de l'opposante Aung San Suu Kyi, qui expire le mercredi 27 mai.

 

La junte a défendu cette position dans une déclaration remise à des diplomates et des journalistes autorisés mardi à entrer dans la prison d'Insein où se déroule le procès de Mme Suu Kyi.

 

Aung San Suu Kyi face à ses juges

 

Aung San Suu Kyi doit s'adresser à ses juges mardi dans le cadre de son procès pour violation de ses conditions d'assignation à résidence en Birmanie.
 

Lundi, le parquet a décidé de ne pas entendre les huit derniers témoins de l'accusation, ce qui laisse supposer que le
procès de l'opposante pourrait s'achever rapidement.

 

"Comme les témoins restants n'ont pas été retenus, Aung San Suu Kyi sera entendue demain", a déclaré lundi l'avocat de
l'opposante, Nyan Win. "Il est possible que le jugement soit déjà rédigé", a ajouté Nyan Win.
 

L'avocat s'est plaint de ne pas avoir pu rencontrer l'opposante avant son audition.
 

Quatre témoins à décharge seront normalement entendus après Aung San Suu Kyi. Parmi eux figurent Win Tin, le plus vieux prisonnier politique du pays avant sa libération l'an dernier, et Tin Oo, le vice-président de la Ligue nationale pour la
démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi, qui est en résidence surveillée depuis 2003.
 

"Si les auditions se poursuivent à ce rythme, le procès dans son ensemble pourrait s'achever dans trois ou quatre jours", a estimé Nyan Win.
 

Des diplomates et des journalistes birmans travaillant pour la presse nationale ou pour des médias étrangers seront
autorisés à assister aux débats. "On nous a dit de nous rendre à la prison à 7h30", a dit un diplomate asiatique à Reuters.
 

L'audience avait également été ouverte à quelques journalistes et diplomates mercredi dernier.
 

Elements subversifs
 

Suu Kyi, 63 ans, prix Nobel de la paix 1991, risque jusqu'à cinq années de prison.
 

La justice birmane lui reproche, en vertu d'une loi sur la sécurité qui protège l'Etat contre des "éléments subversifs",
d'avoir enfreint les règles de son assignation à résidence en laissant entrer chez elle un Américain.
 

Cette assignation à résidence arrive normalement à expiration mercredi prochain et l'opposition birmane pense que
la junte cherche par ce procès à la maintenir en détention jusqu'après les élections de 2010.
 

Des témoins ont vu la police retirer les lourdes barrières de métal dans la rue proche du domicile d'Aung San Suu Kyi, ce
qui pourrait signifier qu'"elle ne sera pas envoyée chez elle après le procès" mais directement en prison, a déclaré un haut
responsable de la LND, Han Tha Myint.
 

Vendredi, Suu Kyi a plaidé non coupable, de même que l'Américain John Yettaw, 53 ans, qui a expliqué être venu
prévenir l'opposante qu'elle était en danger après avoir fait un rêve dans lequel sa vie était menacée.
 

Mais Yettaw, inculpé d'infraction aux lois sur l'immigration et d'avoir pénétré dans une zone interdite, a dit lundi à ses
avocats qu'il avait changé d'avis et voulait maintenant plaider coupable, a rapporté Nyan Win.

Première publication : 26/05/2009

COMMENTAIRE(S)