Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Un ministère et une journée pour lutter contre la solitude

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Tunisie retirée de la liste noire de l'Union européenne sur l'évasion fiscale

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

En direct de Davos - Bertrand Badré : "L'heure est à l'optimisme, c'est là qu'il faut commencer à être prudent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Nous travaillons pour les GAFA, nous devons donc être rémunérés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Inutile de se déclarer candidat avant le congrès, ce n'est pas un casting"

En savoir plus

FOCUS

Namibie : des communautés massacrées au début du 20e siècle demandent réparation à l’Allemagne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Dilma Rousseff : "Le procès de Lula est truffé d'erreurs"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mélanie Thierry bouleversante dans "La douleur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mike Pence, messianique devant la Knessset"

En savoir plus

Sports

Une finale Manchester-Barcelone aux allures de "guerre des étoiles"

Vidéo par Clément PERROUAULT , Adeline PERCEPT

Texte par Allaoua MEZIANI

Dernière modification : 27/05/2009

Manchester United et le FC Barcelone s’affrontent, mercredi soir, à Rome, en finale de la Ligue des Champions. Opposition exceptionnelle entre les deux meilleurs équipes de la saison, et duel entre leurs deux stars, Ronaldo et Messi (photos).

Lorsque Sir Alex Ferguson a été sollicité pour commenter la finale de la Ligue des Champions entre Manchester United et Barcelone, mercredi soir à Rome, il a répondu : "Quand vous voyez les joueurs dont Barcelone dispose et les joueurs dont Manchester United dispose, cela mérite une belle finale. J'espère que ce sera le cas." 

Une belle finale. Une très belle finale. Sur la pelouse du stade olympique, il n’y aura ni gladiateurs ni Galactiques. Simplement des artistes habités par le devoir, et le désir, de conclure en beauté une saison déjà magnifique. Manchester United et Barcelone ont, de l’avis unanime des observateurs, proposé à la communauté du football un jeu d’une qualité rare : direct, offensif, fluide. 

Bref, du beau jeu. Résultat : les deux finalistes de la Ligue des Champions ont remporté haut la main leurs championnats respectifs, et une Coupe chacun - League Cup pour Manchester et Coupe du Roi pour le Barça. Avant d’en découdre à Rome pour une histoire de prestige, bien sûr, mais aussi de suprématie.


Histoire de légendes

 Cristiano Ronaldo (4 buts en Ligue des Champions) et Lionel Messi (8 buts) ont, chacun de son côté, éclaboussé de leur classe l’exercice 2008/2009. Mais derrière cette réussite se cachent deux fortes personnalités, une légende accomplie et une - peut-être - en devenir : Alex Ferguson et Pep Guardiola. Fergusson, manager de Manchester United depuis vingt-trois ans, pèse 32 titres, dont deux en Ligue des Champions (1999 et 2008).


Guardiola, lui, en poste depuis une année, a décroché deux titres. Mais il est l’enfant par excellence du Barça, avec lequel il a remporté cette Ligue des Champions en 1992 comme capitaine. C’est pourquoi la finale de mercredi soir est, surtout, une opposition de style et de management, entre deux hommes, entre deux bonnes vieilles écoles. C’est aussi l’avis de Messi : "Il s'agira avant tout d'un match entre deux grandes équipes."

 

"Finir le job" ou comment jouer comme "durant toute la saison"

 

Pour Manchester, comme le résume le vétéran Paul Scholes qui était de la fête en 1999 à… Barcelone, il s’agira "de finir le job". C’est-à-dire achever le travail de toute une saison et conserver le titre acquis l’an passé devant Chelsea. Pour le Barça, techniquement supérieur aux Mancuniens, la mission est de reconquérir le trophée, trois ans après le dernier sacre à Paris. Xavi est optimiste : "Nous arrivons à Rome dans une forme physique et psychologique éblouissante, à nous de jouer comme nous l’avons fait durant toute la saison et de ramener à la maison notre troisième trophée de Ligue des Champions."
 

Première publication : 26/05/2009

COMMENTAIRE(S)