Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Faute d'accord entre GM et ses créanciers, la faillite paraît inéluctable

Dernière modification : 27/05/2009

Les créanciers du géant américain de l'automobile General Motors ont jugé insuffisante l'offre de restructuration de la dette qui leur a été proposée. Un accord sur ce point est considéré comme essentiel pour éviter la faillite.

AFP - Un dépôt de bilan du constructeur automobile américain General Motors (GM) semblait inéluctable mercredi après l'annonce de l'échec de la restructuration de sa dette obligataire, qui a recueilli une adhésion des créanciers "substantiellement moindre" que le montant visé.
   
Le numéro un américain de l'automobile s'était fixé pour objectif d'obtenir l'accord de 90% de ses porteurs de dette obligataire.
   
GM proposait à ces créanciers de convertir leurs titres en actions du groupe. Dans le schéma initialement présenté, ces derniers devaient recevoir 10% du capital du constructeur, ce qui avait poussé leurs représentants à se juger mal traités par rapport à d'autres parties prenantes.
   
L'offre n'ayant pas reçu l'accueil escompté, elle ne sera pas menée à son terme, a indiqué le groupe dans un communiqué.
   
Le conseil d'administration de GM va se réunir pour discuter des mesures à prendre à la lueur de l'échec de son offre.
   
La restructuration de 27,2 milliards de dette non garantie était l'une des conditions posée par le Trésor américain pour éviter au constructeur un dépôt de bilan. L'échéance pour ce faire reste fixée au 1er juin.
   
Selon une source proche du dossier, l'échec de l'offre avait été anticipée à Washington. "Ce n'est pas une chose qui fait peur au gouvernement", indiquait-on dès mardi en prenant acte du peu d'intérêt des créanciers obligataires et le probable dépôt de bilan du constructeur qui devrait suivre.
   
En raison de la sévère cure d'amaigrissement suivie par le groupe de Detroit (Michigan, nord) ces dernières années, une faillite de GM ne serait que la quatrième en importance dans l'histoire récente des Etats-Unis.
   
Avec 91 milliards de dollars d'actifs fin 2008, le groupe viendrait après la banque d'affaires Lehman Brothers (septembre 2008, 691 milliards d'actifs), la banque commerciale Washington Mutual (septembre 2008, 328 milliards d'actifs) et le groupe de télécommunications WorldCom (juillet 2002, 104 milliards d'actifs).
   
Initialement, à l'issue de l'opération, le capital du "nouveau" GM devait être détenu à 10% par les créanciers, contre 39% pour un fonds géré par le syndicat UAW et plus de 50% pour l'Etat fédéral.
   
Mais devant le côté inéluctable de la faillite, un nouveau schéma a été mis en place sous l'impulsion du Trésor. Finalement, la part revenant au syndicat ne s'élèverait plus qu'à 17,5% (et potentiellement 20%), la différence s'expliquant par l'apport à l'UAW de 9 milliards de dollars en titres de dette, offrant une plus grande sécurité en matière de rendement.
   
Selon le quotidien Wall Street Journal, l'Etat fédéral se retrouverait finalement à la tête d'une participation pouvant atteindre 70%, reflétant les sommes colossales qu'il va lui falloir injecter dans le groupe pendant la durée de sa restructuration sous contrôle judiciaire.
   
L'administration Obama serait prête à injecter jusqu'à 50 milliards pour éviter une liquidation qui pourrait avoir des conséquences en chaîne sur l'ensemble de l'économie.
   
Le Trésor avait d'ores et déjà prévenu qu'en cas de dépôt de bilan les actionnaires actuels allaient tout perdre et que les porteurs de titres non garantis pourraient ne recevoir qu'une fraction de leur dû.
   
L'Etat fédéral ne resterait actionnaire que "pour une très courte période" seulement, et n'entendrait jouer en tout état de cause qu'"un rôle aussi minime que possible", affirmait mardi soir une source proche du dossier.
   
Un dépôt de bilan de GM serait beaucoup plus compliqué que celui de son petit rival Chrysler, qui n'est pas coté et peu internationalisé.

Première publication : 27/05/2009

COMMENTAIRE(S)