Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

L'avenir de General Motors entre les mains de ses créanciers

Dernière modification : 27/05/2009

Plan de redressement ou dépôt de bilan ? Les créanciers de Genaral Motors, ancien fleuron de l'industrie automobile américaine, doivent se prononcer sur l'avenir de la compagnie devant un tribunal des faillites.

AFP - Les créanciers de General Motors devaient décider d'ici mardi soir s'ils souscrivent à un plan de redressement leur faisant perdre l'essentiel de leur mise, ou préférent acculer le constructeur au dépôt de bilan pour tenter leur chance devant un tribunal des faillites.



Pour le numéro un américain de l'automobile l'accord des créanciers est essentiel avant de soumettre en fin de semaine à l'administration un nouveau plan de redressement, conformément à l'ultimatum posé fin mars par le président Barack Obama.



Interrogé par l'AFP, un porte-parole de GM a précisé que l'offre expirait à minuit (mercredi 04H00 GMT) et qu'un résultat serait annoncé mercredi.



De source proche des discussions, on estimait désormais "plus probable" que les créanciers refusent l'offre qui leur est faite. "Ce n'est pas une chose qui fait peur au gouvernement", ajoutait-on.



En cas d'échec, ce sera le dépôt de bilan, et une procédure de redressement sous contrôle judiciaire sans doute bien plus longue et complexe que celle engagée par Chrysler, une société non cotée et plus petite.


La restructuration de la dette de GM porte sur 27 milliards de dollars.

Pour satisfaire le Trésor, il faudra qu'au moins 90% des créanciers acceptent de convertir leurs créances en actions.



Initialement, à l'issue de l'opération, le capital de GM devait être détenu à 10% par les créanciers, contre 39% pour un fonds géré par le syndicat de l'automobile UAW et plus de 50% pour l'Etat fédéral.

Mais une source syndicale a indiqué mardi que, finalement, la part revenant au syndicat ne s'élèverait plus qu'à 17,5%, la différence s'expliquant par l'apport de 9 milliards de dollars en titres de dette.

L'Etat fédéral pourrait garder plus de 50% du capital, indiquait-on mardi soir de source informée, mais avec l'intention de rester actionnaire "pour une très courte période" seulement, et de ne jouer en tout état de cause qu'"un rôle aussi minime que possible".

Quoiqu'il en soit un tel partage laisserait plus de poids au syndicat qu'aux investisseurs, dont la dette est pourtant garantie, provoquant la grogne de nombreux petits porteurs: la dette de GM est répartie entre 120 établissements financiers et 100.000 investisseurs individuels.


Un "comité ad-hoc" des créanciers avait proposé fin avril un plan alternatif leur accordant 58% de la société nouvelle, tandis que les syndicats obtiendraient 41%, et les actionnaires actuels 1%.

Dans ce schéma, la nationalisation partielle serait évitée, "le gouvernement américain n'aurait pas à convertir en actions les 20 milliards de dollars de prêts accordés, et la nécessité d'accorder des prêts supplémentaires serait dramatiquement réduite", avait fait valoir un responsable du cabinet Houlihan Lokeyn Howard and Zukin, conseiller du comité des créanciers.

De source proche du dossier, on soulignait qu'en tout état de cause le plan proposé restait plus généreux pour les créanciers qu'une des alternatives possibles: "avec une liquidation, ils n'auraient rien ou presque".



Chez Chrysler, les créanciers récalcitrants, de plus en plus isolés, ont dû finalement renoncer à contester le plan de restructuration soumis au juge des faillites, faute de moyens. Les derniers récalcitrants, trois fonds gérés par le trésorier (républicain) de l'Etat de l'Indiana, ont été déboutés par la justice de leur demande d'un report des décisions.



Le juge des faillites Arthur Gonzalez pourrait valider dès mercredi le plan de redressement de Chrysler. Selon un document juridique du Trésor, la vente à Fiat des actifs sains du numéro trois américain de l'automobile pourrait intervenir dès vendredi.
 

Première publication : 27/05/2009

COMMENTAIRE(S)