Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

États-Unis - Cuba, un rapprochement historique

En savoir plus

Afrique

Le président somalien accuse l'Erythrée d'armer les insurgés

Vidéo par Franck BERRUYER

Dernière modification : 27/05/2009

Le président somalien, Sharif Cheikh Ahmed, a accusé l'Érythrée d'apporter son soutien aux insurgés islamistes qui mènent une offensive contre la Somalie. Vendredi, l'Union africaine avait elle aussi pointé le gouvernement d'Asmara du doigt.

AFP - Le président somalien Sharif Cheikh Ahmed a accusé mercredi pour la première fois l'Erythrée d'armer et de financer les insurgés islamistes qui ont lancé le 7 mai une vaste offensive dans le but, revendiqué, de le renverser.
   
"Nous savons de manière certaine que la majorité des armes aux mains des insurgés viennent d'Erythrée. Nous savons que des officiers érythréens viennent ici et apportent de l'argent en liquide. L'Erythrée est très impliquée ici", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse organisée au siège de la présidence somalienne, Villa Somalia.
   
Vendredi, l'Union africaine (UA) avait demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de prendre des sanctions contre le gouvernement d'Asmara, dénonçant son soutien aux insurgés islamistes somaliens. L'UA a également demandé un blocus maritime et aérien de la Somalie pour couper l'approvisionnement des insurgés par l'Erythrée qui n'a pas de frontière avec la Somalie.
   
Le 7 mai, les islamistes ont lancé à Mogadiscio une offensive sans précédent, menée par la milice "Hezb al-Islamiya" du cheikh Hassan Dahir Aweys, et les islamistes radicaux des shebab, pour renverser le président Sharif, un islamiste modéré élu en janvier.
   
Selon le gouvernement somalien ces combats ont fait plus de 200 morts, en grande majorité des civils. Mardi sept civils ont été tués par une attaque au mortier visant apparemment la présidence, sans l'atteindre.
   
Selon M. Ahmed, "cheikh Aweys a mentionné le fait qu'ils (les Erythréens) le soutenaient".
   
"Le but de l'Erythrée est de maintenir l'Afrique de l'Est dans la tourmente. A partir du moment où il y a une guerre et des tensions entre l'Ethiopie et l'Erythrée, l'Erythrée a besoin d'un endroit où les groupes d'opposition éthiopiens peuvent être entraînés. Ils visent la destruction de l'Ethiopie et ils veulent la déstabiliser à partir de la Somalie", a ajouté M. Ahmed.
   
Une guerre frontalière a opposé l'Ethiopie et l'Erythrée de 1998 à 2000, faisant environ 80.000 morts. Depuis, les deux voisins entretiennent des relations délétères.
   
Interrogé sur l'opportunité d'une nouvelle intervention de l'Ethiopie en Somalie, le président Ahmed a répondu par la négative.
   
"Absolument pas (...) Nous n'accepterons aucune intervention. Si quelqu'un (un pays) vient pour nous aider, nous devons d'abord nous assurer de ses intentions", a-t-il expliqué.
   
Selon des témoins interrogés par l'AFP, des troupes éthiopiennes ont de nouveau pénétré le 19 mai en Somalie, quatre mois après leur retrait complet du pays. L'Ethiopie a ensuite démenti sa présence en Somalie.
   
"Notre ministre de la Sécurité nationale s'est rendu à Addis Abeba et a discuté de cette question avec les Ethiopiens. Ils se sont accordés sur le fait que les troupes éthiopiennes resteraient de leur côté de la frontière", a assuré le président somalien.
   
Fin 2006-début 2007, l'Ethiopie, aux côtés du gouvernement de transition, avait chassé les islamistes qui contrôlaient depuis six mois la majeure partie du centre et du sud du pays, dont Mogadiscio. Le corps expéditionnaire éthiopien s'est retiré de Somalie début 2009.
   
Lundi, le président somalien avait affirmé que son pays était "envahi" par des jihadistes étrangers. Le 12 mai, les shebab avaient admis la présence de ces étrangers à leurs côtés.
   
"Nous pensons que la plupart viennent du Pakistan, d'Afghanistan et d'Irak", a expliqué mercredi M. Ahmed.
   
"Selon nos informations, il y a actuellement à Mogadiscio 300 à 400 combattants étrangers de différentes nationalités", a pour sa part précisé le Premier ministre somalien Omar Abdirashid Sharmarke.

Première publication : 27/05/2009

COMMENTAIRE(S)