Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

FRANCE

Ouverture d'une enquête préliminaire contre le maire de Clermont-Ferrand

Dernière modification : 27/05/2009

Une lettre anonyme a déclenché l'ouverture d'une enquête préliminaire pour corruption à l'encontre du maire socialiste de Clermont-Ferrand, Serge Godard, soupçonné d'avoir attribué un marché public en contrepartie de voyages.

AFP - Une enquête préliminaire a été ouverte à l'encontre du maire (PS) de Clermont-Ferrand, Serge Godard, soupçonné d'avoir attribué un marché public en contrepartie de voyages, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Une lettre anonyme expliquant de façon "très détaillée" des pratiques survenues en 2004 au sein du Syndicat mixte de transports en commun de l'agglomération clermontoise (SMTC), présidé par l'élu, a déclenché l'affaire, a-t-on appris de même source.

L'enquête, qui a été confiée à la police judiciaire (PJ) de Clermont-Ferrand, ne porte pour l'instant sur aucune qualification pénale, mais si elle débouche, des mises en examen pour corruption ou prise illégale d'intérêts pourraient survenir.

"Il convient d'être très prudent car il peut s'agir d'une manoeuvre politique", a encore précisé cette source.

Première publication : 27/05/2009

COMMENTAIRE(S)