Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Incertitudes autour de la politique économique de Trump

En savoir plus

Economie

Time Warner et AOL en instance de divorce

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2009

Après huit ans d'un mariage mouvementé, Time Warner a confirmé qu’il allait se séparer d'AOL. La filiale Internet devrait faire son entrée en Bourse avant la fin de l'année. Et devenir ainsi une société indépendante.

AFP - Le groupe américain de médias Time Warner a annoncé jeudi la mise en Bourse de sa filiale internet AOL avant la fin de l'année, mettant ainsi un point final à l'un des rapprochements les plus désastreux de l'histoire de l'économie moderne.

Les actions d'AOL seront distribuées aux actionnaires actuels de Time Warner, selon un communiqué publié par l'entreprise, qui ne recueillera donc aucun bénéfice particulier de cette opération.

"Nous estimons qu'une séparation est la meilleure solution tant pour Time Warner que pour AOL", a commenté le Pdg Jeff Bewkes.

Avant la mise en Bourse d'AOL, que le groupe espère boucler "vers la fin de l'année", Time Warner rachètera à Google ses 5% dans AOL. Il portera ainsi sa participation dans sa filiale à 100%.

Le groupe avait indiqué fin avril étudier une scission "d'une ou plusieurs parties de l'activité d'AOL", transférée aux actionnaires actuels du groupe, "via une seule ou plusieurs transactions".

Time Warner avait racheté l'ancienne America On Line en 2001, au plus fort de la "bulle internet". L'opération valorisait AOL 165 milliards de dollars et avait accordé aux actionnaires de la jeune pousse internet 55% du capital de la société fusionnée.

Mais elle s'est avérée catastrophique pour le groupe, qui a dû déprécier massivement dans ses comptes la valeur d'AOL dès 2002 et l'éclatement de la bulle: le groupe avait alors enregistré une perte nette de 99 milliards de dollars, et les pertes des activités internet continuent encore aujourd'hui de plomber les comptes de l'ensemble.
 

Première publication : 28/05/2009

COMMENTAIRE(S)