Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

“Implanter la paix”, mission impossible dans Mogadiscio dévastée

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/06/2009

Les soldats de l'Union africaine mandatés pour ramener la paix dans la capitale somalienne sont chargés d'une mission d'autant plus difficile qu'ils sont devenus la cible des insurgés islamistes. Reportage.

Devant un centre de soins de Mogadiscio, de nombreux patients font la queue dans l'espoir de pouvoir consulter un médecin. Sous un soleil de plomb, l’attente est interminable.

 

Avant de pouvoir être soigné, chaque malade doit se soumettre à plusieurs contrôles de sécurité. Ici, tout le monde est suspect depuis que les forces de sécurité sont devenues la cible des insurgés islamistes." Si les Shebab me reconnaissent, c'est sûr, je serai tué", confie un policier.

 

Aujourd'hui, personne ne contrôle vraiment la capitale somalienne et chacun se prépare au pire. "Si l'Amisom [la Mission de l'Union africaine en Somalie, mandatée par l'ONU pour ramener la paix dans le pays, NDLR] s'en va, je quitte mon uniforme. Je ne pourrai plus compter alors que sur ma kalachnikov", reprend le même agent.

 

Personne ne se précipite en Somalie...

 

L'Amisom attend des renforts. Mais personne ne se précipite en Somalie. Et pour cause : les soldats de la force africaine sont devenus l'une des cibles privilégiées des insurgés.

 

"Ces gars utilisent tout ce qu'ils peuvent contre nous : des engins explosifs improvisés, des couteaux, etc. On est toujours sur nos gardes : l'ennemi peut attaquer n'importe quand. Surtout quand vous avez ces femmes et ces hommes qui viennent ici pour recevoir de l'aide, des médicaments, un traitement : c'est dans ce type de situation que l'on s'attend à se faire attaquer", déplore le lieutenant Boscorasol Sebson, responsable d'un check-point devant le centre de soins.

 

Venus en Somalie pour ramener la paix, les soldats de l'Amisom ne contrôlent aujourd’hui qu’une toute petite partie de Mogadiscio. Avant de distribuer des cachets et d'aider les malades les plus mal en point, ils doivent penser à préserver leur propre sécurité.

 

Quarante morts en deux ans

 

Pour eux, les rues de Mogadiscio sont effectivement devenues aussi dangereuses que l'Irak ou l'Afghanistan pour les Américains. Voitures piégées, attaques répétées de leurs positions, bombardements au mortier : les casques verts de l'Union africaine ont payé un lourd tribu à la Somalie. Plus de 40 morts en 2 ans...

 

Le major Barigye Ba Hoku, porte-parole de l'Amisom, témoigne de la difficulté de la mission : "Je suis incapable de me souvenir du nombre de fois où nous avons été attaqués sur cette route. Quant à toutes les zones où nos forces sont stationnées, il faut constamment les garder sous contrôle. Or, ceux qui s'opposent à la paix sont à côté et mettent la pression...", raconte-t-il.

 

Malgré la guerre qui ravage Mogadiscio, la vie continue pour ceux qui n'ont pas fui la ville. Au large du port, les bateaux qui n'ont pas été arraisonnés par les pirates attendent de décharger leur cargaison. Voilà 20 ans que la Somalie est un pays sans État.

Première publication : 29/05/2009

COMMENTAIRE(S)