Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

FRANCE

L'association l'Arche de Zoé mise en examen pour escroquerie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/05/2009

L'association l'Arche de Zoé, soupçonnée d'avoir fait enlever 103 enfants au Tchad en 2007, a été mise en examen en tant que personne morale, jeudi, pour "escroquerie".

AFP - L'association l'Arche de Zoé, présidée par Eric Breteau et soupçonnée d'avoir tenté d'exfiltrer 103 enfants du Tchad vers la France en octobre 2007, a été mise en examen jeudi en tant que personne morale, notamment pour "escroquerie", a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Les juges en charge de l'enquête française sur cette équipée ont convoqué Breteau jeudi pour lui signifier la mise en examen de l'association en tant que personne morale pour "escroquerie", "exercice illégal de l'activité d'intermédiaire en vue d'adoption", selon cette source, confirmant une information du Parisien.

L'association a également été mise en examen pour "aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France".

Breteau et sa compagne, Emilie Lelouch, ont déjà été mis en examen pour ces chefs depuis leur retour en France. Ils sont poursuivis pour "escroquerie" depuis janvier à la suite de plaintes d'anciens bénévoles estimant avoir été trompés par l'association.
 

Première publication : 30/05/2009

COMMENTAIRE(S)