Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Martin vainqueur de la 9e étape, le Français Gallopin en jaune

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Asie - pacifique

Inquiétude sur la situation humanitaire dans la vallée de Swat

©

Vidéo par Iqbal KHAN , Dominique BERTIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/06/2009

Le Comité international de la Croix-Rouge pointe du doigt le manque d'eau courante, d'électricité et de nourriture dans la vallée de Swat, où l'organisation n'a plus accès depuis début mai, date du début de l'offensive contre les Taliban.

AFP - Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est déclaré dimanche "extrêmement préoccupé" par la situation humanitaire dans le district de Swat au Pakistan, où il a pu accéder pour la première fois depuis le début mai et où la population manque de tout.

"L'organisation est extrêmement préoccupée par la situation critique des civils de Swat et pense que celle-ci exige une réponse humanitaire rapide et globale", a affirmé le CICR dans un communiqué.

Le CICR rappelle qu'il n'a plus eu accès "depuis début mai" à cette région, située dans le nord-ouest du Pakistan, en proie aux combats entre l'armée et les talibans, et ses délégués se disent "alarmés" par ce qu'ils y ont vu.

"Il n'y a plus d'eau courante ni d'électricité et la nourriture est devenue rare", explique le CICR.

"Il n'y a plus d'essence pour les générateurs et la plupart des centres médicaux du district ne fonctionnent plus", a affirmé le délégué du CICR Daniel O'Malley, qui a pu se rendre sur place avec une équipe.

"Les équipes médicales, peu nombreuses, qui sont encore sur place, se battent pour travailler sans eau, ni électricité ni approvisionnement", a poursuivi M. O'Malley.

"Elles ne peuvent tout simplement pas faire face à l'afflux de patients", a-t-il ajouté.

Selon l'organisation, les civils qui n'ont pas fui le district de Swat ont été "coupés du monde" depuis le déclenchement de l'offensive gouvernementale début mai, les communications téléphoniques n'étant plus possibles.

"Les gens sont extrêmement désireux d'entrer en contact avec les membres de leur famille qui ont fui", a expliqué le chef de délégation du CICR au Pakistan, Pascal Cuttat.

Au vu des besoins sur le terrain, le CICR a d'ores et déjà mobilisé des ressources supplémentaires mais réclame aussi un accès "sûr et sans entrave" à la région, où il était l'une des seules organisations humanitaires à avoir accès avant le déclenchement des hostilités.

De son côté, l'armée pakistanaise a affirmé dimanche qu'elle viendrait à bout des talibans d'ici à deux ou trois jours, soit un peu plus d'un mois après le début de son offensive.

"Les opérations à Swat, Buner et dans les zones voisines sont presque totalement achevées", a déclaré Syed Athar Ali, secrétaire pakistanais à la Défense, au cours d'une conférence régionale sur la sécurité à Singapour.

L'armée pakistanaise avait indiqué samedi avoir repris aux talibans le contrôle de Mingora, chef-lieu du district de Swat et étape essentielle dans son offensive contre les islamistes.

Les autorités pakistanaises ont annoncé que 15.000 soldats y faisaient face à quelque 2.000 talibans.

Selon l'ONU, le nombre de civils déplacés depuis le 2 mai par ces combats est en passe d'atteindre les 2,4 millions.

Première publication : 31/05/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)