Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'armée pense venir à bout des Taliban "d'ici deux à trois jours"

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/05/2009

Le secrétaire pakistanais à la Défense estime que les opérations contre les Taliban dans le nord-ouest du pays sont "presque totalement achevées". Samedi, les soldats ont repris le contrôle de Mingora, principale ville de la vallée de Swat.

AFP - L'armée pakistanaise, qui a repris samedi aux talibans le contrôle de Mingora, chef-lieu du district de Swat (nord-ouest), espère venir à bout des talibans dans la région d'ici deux à trois jours, a déclaré dimanche le secrétaire pakistanais à la Défense.
   
"Les opérations à Swat, Buner et dans les zones voisines sont presque totalement achevées", a déclaré Syed Athar Ali, secrétaire pakistanais à la Défense, lors d'une conférence régionale sur la sécurité à Singapour.
   
"Il ne reste que 5 à 10% du travail à terminer et nous espérons que les poches de résistance seront vaincues d'ici deux à trois jours", a-t-il ajouté.
   
L'armée pakistanaise a indiqué samedi avoir repris aux talibans le contrôle de Mingora, chef-lieu du district de Swat, et étape essentielle dans son offensive contre les islamistes, après des combats violents.
   
Les autorités pakistanaises ont annoncé que quinze mille soldats y faisaient face à quelque 2.000 talibans.
   
Quelque 15.000 soldats sont engagés dans cette offensive dans la région de Swat face à 2.000 combattants talibans, a précisé l'armée.
   
"Les forces de sécurité contrôlent la ville. La bataille de Mingora est terminée", a déclaré samedi dans une conférence de presse le porte-parole de l'armée, le général Athar Abbas, selon lequel "Mingora est maintenant sous le contrôle total de l'armée."
   
L'information n'a pu être confirmée de source indépendante, les zones des combats étant interdites d'accès.
   
Mingora, jusqu'ici aux mains de ces combattants islamistes liés à Al-Qaïda, est d'ordinaire peuplée de quelque 300.000 personnes mais la ville a été vidée de la presque totalité de ses habitants ces deux dernières semaines, selon l'armée.
   
L'armée avait déclenché une vaste offensive le 26 avril pour "nettoyer" la vallée de Swat et ses environs, autrefois le site le plus touristique du pays, des talibans qui s'en sont progressivement emparés ces deux dernières années.
   
Le général Abbas a déclaré que Mingora était sécurisée mais que les combats se poursuivaient dans le district montagneux de Swat, où les forces gouvernementales affrontent les talibans.
   
Les militaires avaient jugé lundi qu'il leur faudrait encore sept à 10 jours pour reprendre Mingora aux talibans.
   
Au même moment, l'ONU estimait que le nombre des civils déplacés depuis le 2 mai par ces combats était en passe d'atteindre les 2,4 millions, soit une augmentation de près de 700.000 en trois jours.
   
L'armée a assuré avoir tué plus de 1.100 talibans depuis le début de l'offensive dans les districts de Lower Dir, Buner, puis Swat, et n'avoir perdu que 66 hommes. Mais elle n'évoque jamais aucune perte civile, se contentant de dire qu'elle fait tout pour les minimiser, mais qu'elles sont parfois "inévitables".
   

Première publication : 31/05/2009

COMMENTAIRE(S)