Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FOCUS

Trois ans après l'annexion, un pont entre la Russie et la Crimée cher à Vladimir Poutine

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fellag : 60 ans d’histoire de l’Algérie revisités avec humour et tendresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Brexit, début de l'implosion du Royaume-Uni ?"

En savoir plus

Amériques

Un médecin pratiquant des avortements tué dans une église

Vidéo par Guillaume COUDERC

Dernière modification : 01/06/2009

George Tiller, un des rares médecins à pratiquer des avortements tardifs aux États-Unis, a été tué, dimanche, dans une église du Kansas. Le praticien faisait régulièrement l'objet de menaces de la part de mouvements hostiles à l'IVG.

AFP - Un médecin pratiquant des avortements tardifs aux Etats-Unis et menacé de longue date par les mouvements hostiles à l'IVG, a été tué par balles dimanche dans une église du Kansas (centre), ont indiqué les autorités locales.

Le médecin, George Tiller, a été tué vers 10H00 locales (15H00 GMT) en entrant dans une église luthérienne de la ville de Wichita, où il venait assister au service dominical, par un homme qui a pris la fuite à bord d'une Ford de couleur bleue, ont indiqué la police et la mairie.

Les autorités ont annoncé l'arrestation d'un suspect trois heures après les faits, un homme blanc et chauve âgé d'une cinquantaine d'années, selon la chaîne de télévision ABC News.

Le Dr Tiller, 67 ans, était l'un des très rares médecins à pratiquer des avortements tardifs aux Etats-Unis, c'est-à-dire des interventions effectuées alors que le foetus serait viable en dehors du ventre de sa mère.

Il a été régulièrement la cible des mouvements "pro-vie" qui organisent des manifestations devant sa clinique de Wichita.

En 1986, l'établissement avait été gravement endommagé par une bombe placée sur le toit du bâtiment. En 1993, le médecin lui-même avait été blessé par des coups de feu aux bras par un agresseur qui avait été arrêté puis condamné à 11 ans de prison.

Lui-même poursuivi par la justice pour avoir pratiqué 19 avortements "illégaux" en 2003, le médecin avait été acquitté en mars dernier. Dénonçant une "chasse aux sorcières", il avait expliqué qu'il était sous la protection du FBI depuis la découverte en 1994 d'une liste de personnes à abattre dont il occupait la tête.

Il avait précisé qu'il dirigeait l'une des trois cliniques qui pratiquent des interruptions de grossesse tardives aux Etats-Unis. Ces interventions sont légales au Kansas si deux médecins indépendants certifient que la mère risque des problèmes de santé irréversibles lors de l'accouchement.

Le Dr Tiller était accusé d'être lié financièrement au médecin qui donnait la deuxième opinion.

Le drame de Wichita survient alors que le président Barack Obama a appelé il y a deux semaines les tenants du droit à l'avortement et leurs adversaires à trouver un "terrain d'entente", dans un discours prononcé dans une université catholique qui a été considéré comme une provocation par certains milieux "pro-vie".

S'efforçant de déminer un des sujets les plus délicats de la vie politique américaine, M. Obama a prôné le respect du droit à l'avortement tout en suggérant de faire le maximum pour éviter les grossesses non-désirées.

L'actuelle ministre de la Santé, Kathleen Sebelius, avait été critiquée par les "pro-vie" pour ses liens avec le Dr Tiller alors qu'elle gouvernait l'Etat du Kansas.

Selon un récent sondage de Gallup, les Américains se définissent désormais plus majoritairement (51%) comme "anti-avortement" que l'inverse (42%).

La question du droit à l'avortement devrait figurer en bonne place au Sénat dans la procédure de confirmation de Sonia Sotomayor, une juge désignée par M. Obama pour siéger à la Cour suprême.

Première publication : 31/05/2009

COMMENTAIRE(S)