Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

L'histoire du hip-hop racontée à l'IMA

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Quatre résistants au Panthéon : François Hollande en tête à tête avec l'Histoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Général Barrera : "le Mali n'est plus occupé par les terroristes"

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Marché transatlantique : avec les consommateurs, mais sans les citoyens ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fin de l'argent liquide au Danemark ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Revue de presse : "Dégagez Monsieur Blatter !"

En savoir plus

DÉBAT

Fifa : après le scandale de corruption, Blatter doit-il partir ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Fifa : après le scandale de corruption, Blatter doit-il partir ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : le président conteste sa destitution par les députés

En savoir plus

FRANCE

Une prime de départ de 50 000 euros pour les salariés de Continental

Vidéo par FRANCE 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/05/2009

Les syndicats de l'usine Continental de Clairoix (Oise) ont trouvé un compromis avec la direction après deux mois et demi de lutte. Chacun des 1 120 salariés partira avec une prime de 50 000 euros net.

AFP - Après deux mois et demi de lutte, les syndicats du fabricant de pneumatiques Continental à Clairoix (Oise) sont enfin "arrivés à un compromis acceptable" avec le versement d'une prime extra-légale de départ de 50.000 euros nets à chacun des 1.120 salariés du site.

Plus de 900 salariés de chez "Conti" se sont réunis samedi en assemblée générale et ont voté à l'unanimité moins dix voix leur accord pour une prime de départ de 50.000 euros nets, négociée, selon les syndicats, vendredi lors d'une réunion tripartite (syndicat, direction, Etat).

La dernière rencontre mardi avec la direction allemande de Continental avait été qualifiée de "très décevante" par les syndicats. Après avoir proposé une prime de départ de 17.000 euros, la direction avait alors proposé 20.000 euros, une somme jugée très insuffisante.

"On peut dire qu'on est arrivé à un compromis acceptable en passant de 20.000 euros à 50.000 euros de prime extra-légale", a déclaré à l'AFP Xavier Mathieu, délégué CGT du site de Clairoix.

"Continental, c'est aussi un bel exemple de solidarité", a-t-il ajouté expliquant que les plus anciens avaient accepté le principe de la prime unique alors qu'ils auraient pu gagner plus.

De son côté, la direction du fabricant allemand de pneus n'a pas voulu confirmer l'information indiquant que pour l'instant "rien n'est certain tant que l'accord n'est pas définitivement signé".

"De plus, on a obtenu que Continental nous paye jusqu'à octobre à 100%, ensuite on démarre un congé de reconversion de 23 mois jusqu'à fin 2011. On peut dire qu'on est sûr d'avoir au moins 75% du salaire jusqu'à 2014 et une prime entre 50.000 et 100.000 euros nets d'impôts", a expliqué M. Mathieu.

"On est très fier de ces négociations, mais il va falloir encore discuter des conditions de préretraite et de reclassement, il y a une autre réunion tripartite vendredi 5 juin", a-t-il ajouté.

Continental avait révélé le 11 mars son intention de fermer l'usine de Clairoix pour cause de surcapacités de production et manque de compétitivité du site. L'annonce avait provoqué la colère des salariés qui avaient accepté en 2007 un retour aux 40 heures de travail hebdomadaire contre une promesse de maintien de l'emploi jusqu'en 2012.

La production de l'usine de Clairoix - pneus tourisme et camionnettes - est à l'arrêt depuis le 22 avril, pour raisons de sécurité, après la destruction par des salariés du pavillon d'accueil. Ces violences avaient éclaté après une décision de justice déboutant les salariés d'une demande d'annulation du plan social.

Après "ces deux mois et demi de bagarre, les "Conti" manifesteront tout de même le 2 juin "aux côtés des Goodyear à Amiens". La société Goodyear-Dunlop, qui se dit également victime de la crise automobile, a annoncé mardi le licenciement de 820 personnes sur 1.400 dans son usine d'Amiens-nord.
 

Première publication : 31/05/2009

COMMENTAIRE(S)