Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Le Dow Jones en quête d'un remplaçant à General Motors

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/06/2009

Après avoir déposé le bilan, General Motors devra dire adieu à Wall Street. La liste des entreprises susceptibles de le remplacer au sein du Dow Jones est longue. Parmi les plus sérieux prétendants : Goldman Sachs, Google ou encore Ford.

Durant 86 ans, General Motors fut l’un des indices phares du célèbre Dow Jones, indice qui comprend les 30 plus grosses entreprises des Etats-Unis. Aujourd’hui, la faillite du célèbre constructeur automobile entraîne le retrait automatique de sa cote du panel. Les analystes du "Wall Street Journal", qui appartient à la société Dow Jones, doivent maintenant lui trouver un remplaçant.


Une place à la fois honorifique et une vraie reconnaissance. Appartenir aux "valeurs d'élite" du plus vieil indice au monde reste prestigieux, la bonne santé de la Bourse de New York étant généralement jaugée à l'aune du Dow Jones. Les prétendants sont nombreux pour rentrer dans ce club très fermé. Et les paris vont bon train.


La logique voudrait qu’un constructeur en remplace un autre. Ford, le seul à ne pas avoir bénéficié d’aides publiques, serait le candidat idéal. Seul problème : son cours actuel (un peu plus de 5 dollars l’action) risque de faire un peu désordre face à des poids lourds comme Exxon, Wal-Mart ou Coca-Cola.


Surprise étrangère ?

 

 

Vient ensuite le bon élève : Goldman Sachs. La banque d’affaires devrait en effet être l’une des premiers établissements à rembourser l’intégralité des prêts contractés auprès de l’État fédéral. Une annonce qui, il y a un mois, avait suscité l’euphorie des marchés et permis à l'action de s’envoler à 144 dollars. La banque serait donc parfaitement à sa place au sein des autres valeurs du Dow Jones. "La valeur de Goldman Sachs donnerait du poids à l’indice", estime Nicolas Colas, chef analyste chez BNY ConvergEx Group.


Dans la famille "outsiders de luxe", Google et Apple semblent, aux yeux de plusieurs analystes, tenir la corde. "Dans la mesure où le Dow Jones doit refléter le paysage industriel du pays, Google et Apple apparaissent comme un choix logique", commente Matt Burns de l’influent blog CrunchGear. Mais avec Microsoft, Intel et IBM, les valeurs technologiques sont déjà bien représentées.


Restent les surprises. Ainsi, le blog du "Wall Street Journal" indique qu’à l’heure d’une mondialisation de plus en plus poussée, le Dow Jones pourrait s’ouvrir à des valeurs étrangères. Une première qui pourrait profiter à Toyota, qui a justement ravi à General Motors la place de premier constructeur automobile au monde.

Première publication : 01/06/2009

COMMENTAIRE(S)