Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Economie

Obama vante un plan "viable et réaliste" pour General Motors

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Dernière modification : 02/06/2009

Le président des États-Unis se dit confiant quant à la réussite du plan de restructuration du constructeur automobile par la procédure du dépôt de bilan. Washington a pour objectif un désengagement "rapide" de l'État, a-t-il ajouté.

AFP - Le président américain Barack Obama a affirmé lundi sa confiance dans la réussite rapide du plan élaboré pour sauver General Motors, qui passe par un dépôt de bilan et une prise de contrôle du constructeur automobile par l'Etat.
  
Devant les critiques auxquelles il s'expose, M. Obama a défendu cette intervention extraordinaire de l'Etat dans les affaires d'un symbole du capitalisme et affirmé que l'objectif était que l'Etat se désengage "rapidement". Il a aussi prévenu que ce plan aurait un coût pour l'emploi.
  
"J'ai confiance: les mesures que j'annonce aujourd'hui marqueront la fin de l'ancienne GM et le début d'une nouvelle GM, qui saura produire les voitures de demain, des voitures de grande qualité, des voitures sûres et économes en carburant, qui mènera l'Amérique à l'indépendance énergétique et qui redeviendra un symbole de la réussite de l'Amérique", a-t-il dit à la Maison Blanche.
  
General Motors a déposé son bilan lundi. Aux termes d'un plan de restructuration élaboré entre la direction du constructeur, les syndicats, les actionnaires et l'administration, l'Etat prendra environ 60% du numéro un américain de l'automobile et apportera 30 milliards d'aide supplémentaire en plus des 20 milliards déjà consentis.
  
Il s'agit d'un "plan viable et réaliste qui donnera à cette entreprise américaine emblématique la chance de se redresser", a dit M. Obama.
  
M. Obama a justifié l'intervention de l'Etat en déclarant que l'effondrement de GM, mais aussi de Chrysler, autre constructeur ayant déposé son bilan et bénéficiaire de l'aide gouvernementale, "aurait eu un effet dévastateur pour d'innombrables Américains et aurait causé des dégâts énormes à notre économie, au-delà de l'industrie automobile".
  
"Nous nous comportons donc en actionnaires à contre-coeur, parce que c'est la seule manière d'aider GM. Ce que nous ne ferons pas, ce qui ne nous intéresse pas, c'est de gérer GM", a-t-il dit, soulignant qu'il y aurait une direction pour cela et que le gouvernement "se restreindra dans l'exercice de ses droits d'actionnaire aux décisions d'entreprise les plus fondamentales".
  
"En résumé, notre objectif, c'est de remettre GM sur pied, de nous tenir à l'écart et de nous désengager rapidement", a-t-il dit.
  
La rapidité "extraordinaire" avec laquelle Chrysler s'apprête à sortir du régime des faillites "renforce ma confiance dans la faculté de GM de sortir rapidement, plus forte et plus compétitive, de cette phase de dépôt de bilan", a-t-il dit.
  
Un juge chargé du sort de Chrysler, qui a déposé son bilan fin avril, a ouvert la voie dimanche à une sortie du régime des faillites du constructeur. Il a approuvé le plan de restructuration présenté par le constructeur et soutenu par le gouvernement. Ce jugement crée les conditions favorables à l'émergence d'un "nouveau" Chrysler, aux mains d'un consortium détenu à 20% par Fiat (qui a une option pour monter jusqu'à 35%), à 68% par un fonds géré par le syndicat automobile UAW et à 12% par les gouvernements américain et canadien.
  
"Ce que signifie la concrétisation de cette alliance, c'est que des dizaines de milliers d'emplois qui auraient pu disparaître si Chrysler avait été liquidée vont être sauvés", a dit M. Obama.
  
Mais, en ce qui concerne GM, "nous avons des jours difficiles devant nous. D'autres emplois vont disparaître. D'autres usines vont fermer. D'autres concessionnaires et de nombreux sous-traitants vont fermer leurs portes", a-t-il mis en garde.

Première publication : 01/06/2009

COMMENTAIRE(S)