Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • Gaza : l'ONU tente de formaliser une trêve fragile

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Air Algérie : des proches de victimes se recueillent sur les lieux du crash

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

    En savoir plus

Economie

Obama vante un plan "viable et réaliste" pour General Motors

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Dernière modification : 02/06/2009

Le président des États-Unis se dit confiant quant à la réussite du plan de restructuration du constructeur automobile par la procédure du dépôt de bilan. Washington a pour objectif un désengagement "rapide" de l'État, a-t-il ajouté.

AFP - Le président américain Barack Obama a affirmé lundi sa confiance dans la réussite rapide du plan élaboré pour sauver General Motors, qui passe par un dépôt de bilan et une prise de contrôle du constructeur automobile par l'Etat.
  
Devant les critiques auxquelles il s'expose, M. Obama a défendu cette intervention extraordinaire de l'Etat dans les affaires d'un symbole du capitalisme et affirmé que l'objectif était que l'Etat se désengage "rapidement". Il a aussi prévenu que ce plan aurait un coût pour l'emploi.
  
"J'ai confiance: les mesures que j'annonce aujourd'hui marqueront la fin de l'ancienne GM et le début d'une nouvelle GM, qui saura produire les voitures de demain, des voitures de grande qualité, des voitures sûres et économes en carburant, qui mènera l'Amérique à l'indépendance énergétique et qui redeviendra un symbole de la réussite de l'Amérique", a-t-il dit à la Maison Blanche.
  
General Motors a déposé son bilan lundi. Aux termes d'un plan de restructuration élaboré entre la direction du constructeur, les syndicats, les actionnaires et l'administration, l'Etat prendra environ 60% du numéro un américain de l'automobile et apportera 30 milliards d'aide supplémentaire en plus des 20 milliards déjà consentis.
  
Il s'agit d'un "plan viable et réaliste qui donnera à cette entreprise américaine emblématique la chance de se redresser", a dit M. Obama.
  
M. Obama a justifié l'intervention de l'Etat en déclarant que l'effondrement de GM, mais aussi de Chrysler, autre constructeur ayant déposé son bilan et bénéficiaire de l'aide gouvernementale, "aurait eu un effet dévastateur pour d'innombrables Américains et aurait causé des dégâts énormes à notre économie, au-delà de l'industrie automobile".
  
"Nous nous comportons donc en actionnaires à contre-coeur, parce que c'est la seule manière d'aider GM. Ce que nous ne ferons pas, ce qui ne nous intéresse pas, c'est de gérer GM", a-t-il dit, soulignant qu'il y aurait une direction pour cela et que le gouvernement "se restreindra dans l'exercice de ses droits d'actionnaire aux décisions d'entreprise les plus fondamentales".
  
"En résumé, notre objectif, c'est de remettre GM sur pied, de nous tenir à l'écart et de nous désengager rapidement", a-t-il dit.
  
La rapidité "extraordinaire" avec laquelle Chrysler s'apprête à sortir du régime des faillites "renforce ma confiance dans la faculté de GM de sortir rapidement, plus forte et plus compétitive, de cette phase de dépôt de bilan", a-t-il dit.
  
Un juge chargé du sort de Chrysler, qui a déposé son bilan fin avril, a ouvert la voie dimanche à une sortie du régime des faillites du constructeur. Il a approuvé le plan de restructuration présenté par le constructeur et soutenu par le gouvernement. Ce jugement crée les conditions favorables à l'émergence d'un "nouveau" Chrysler, aux mains d'un consortium détenu à 20% par Fiat (qui a une option pour monter jusqu'à 35%), à 68% par un fonds géré par le syndicat automobile UAW et à 12% par les gouvernements américain et canadien.
  
"Ce que signifie la concrétisation de cette alliance, c'est que des dizaines de milliers d'emplois qui auraient pu disparaître si Chrysler avait été liquidée vont être sauvés", a dit M. Obama.
  
Mais, en ce qui concerne GM, "nous avons des jours difficiles devant nous. D'autres emplois vont disparaître. D'autres usines vont fermer. D'autres concessionnaires et de nombreux sous-traitants vont fermer leurs portes", a-t-il mis en garde.

Première publication : 01/06/2009

COMMENTAIRE(S)