Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Economie

Obama vante un plan "viable et réaliste" pour General Motors

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Dernière modification : 02/06/2009

Le président des États-Unis se dit confiant quant à la réussite du plan de restructuration du constructeur automobile par la procédure du dépôt de bilan. Washington a pour objectif un désengagement "rapide" de l'État, a-t-il ajouté.

AFP - Le président américain Barack Obama a affirmé lundi sa confiance dans la réussite rapide du plan élaboré pour sauver General Motors, qui passe par un dépôt de bilan et une prise de contrôle du constructeur automobile par l'Etat.
  
Devant les critiques auxquelles il s'expose, M. Obama a défendu cette intervention extraordinaire de l'Etat dans les affaires d'un symbole du capitalisme et affirmé que l'objectif était que l'Etat se désengage "rapidement". Il a aussi prévenu que ce plan aurait un coût pour l'emploi.
  
"J'ai confiance: les mesures que j'annonce aujourd'hui marqueront la fin de l'ancienne GM et le début d'une nouvelle GM, qui saura produire les voitures de demain, des voitures de grande qualité, des voitures sûres et économes en carburant, qui mènera l'Amérique à l'indépendance énergétique et qui redeviendra un symbole de la réussite de l'Amérique", a-t-il dit à la Maison Blanche.
  
General Motors a déposé son bilan lundi. Aux termes d'un plan de restructuration élaboré entre la direction du constructeur, les syndicats, les actionnaires et l'administration, l'Etat prendra environ 60% du numéro un américain de l'automobile et apportera 30 milliards d'aide supplémentaire en plus des 20 milliards déjà consentis.
  
Il s'agit d'un "plan viable et réaliste qui donnera à cette entreprise américaine emblématique la chance de se redresser", a dit M. Obama.
  
M. Obama a justifié l'intervention de l'Etat en déclarant que l'effondrement de GM, mais aussi de Chrysler, autre constructeur ayant déposé son bilan et bénéficiaire de l'aide gouvernementale, "aurait eu un effet dévastateur pour d'innombrables Américains et aurait causé des dégâts énormes à notre économie, au-delà de l'industrie automobile".
  
"Nous nous comportons donc en actionnaires à contre-coeur, parce que c'est la seule manière d'aider GM. Ce que nous ne ferons pas, ce qui ne nous intéresse pas, c'est de gérer GM", a-t-il dit, soulignant qu'il y aurait une direction pour cela et que le gouvernement "se restreindra dans l'exercice de ses droits d'actionnaire aux décisions d'entreprise les plus fondamentales".
  
"En résumé, notre objectif, c'est de remettre GM sur pied, de nous tenir à l'écart et de nous désengager rapidement", a-t-il dit.
  
La rapidité "extraordinaire" avec laquelle Chrysler s'apprête à sortir du régime des faillites "renforce ma confiance dans la faculté de GM de sortir rapidement, plus forte et plus compétitive, de cette phase de dépôt de bilan", a-t-il dit.
  
Un juge chargé du sort de Chrysler, qui a déposé son bilan fin avril, a ouvert la voie dimanche à une sortie du régime des faillites du constructeur. Il a approuvé le plan de restructuration présenté par le constructeur et soutenu par le gouvernement. Ce jugement crée les conditions favorables à l'émergence d'un "nouveau" Chrysler, aux mains d'un consortium détenu à 20% par Fiat (qui a une option pour monter jusqu'à 35%), à 68% par un fonds géré par le syndicat automobile UAW et à 12% par les gouvernements américain et canadien.
  
"Ce que signifie la concrétisation de cette alliance, c'est que des dizaines de milliers d'emplois qui auraient pu disparaître si Chrysler avait été liquidée vont être sauvés", a dit M. Obama.
  
Mais, en ce qui concerne GM, "nous avons des jours difficiles devant nous. D'autres emplois vont disparaître. D'autres usines vont fermer. D'autres concessionnaires et de nombreux sous-traitants vont fermer leurs portes", a-t-il mis en garde.

Première publication : 01/06/2009

COMMENTAIRE(S)