Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

EUROPE

À Bonn, adoption comme base de travail d'un traité très critiqué

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/06/2009

Réunis à Bonn pour préparer le sommet de Copenhague sur le climat, les 180 pays présents se sont accordés à considérer le traité adopté mais néanmoins critiqué comme une base de travail pour les six prochains mois de négociations.

Reuters - Le projet de traité final proposé lundi à la conférence de Bonn sur le climat s'est attiré les critiques des pays développés comme des pays émergents mais a finalement été accepté comme base de travail pour les six prochains mois de négociations.
 
"Nous sommes consternés par la façon dont il a été structuré", a déploré le chef de la délégation américaine,  Jonathan Pershing, à propos du projet de 53 pages rassemblant des propositions venues de l'ensemble des pays de l'Onu.
 
"Ce texte devrait être plus équilibré", a de son côté souhaité le Soudanais Ibrahim Mirghani Ibrahim, qui s'exprimait au nom des Etats en développement, au premier rang desquels figurent la Chine et l'Inde.
 
La conférence de Bonn, ouverte lundi et qui doit s'achever le 12 juin, regroupe 180 Etats, à six mois du sommet final de Copenhague, en décembre, qui devra faire naître le successeur du protocole de Kyoto.
 
"Cette réunion représente une avancée remarquable. (...) Les gouvernements disposent pour la première fois de vrais documents de négociation", s'est réjoui Yvo de Boer, secrétaire de l'Onu au Changement climatique.
 
"De toute évidence, il reste bien des noeuds à démêler. Il nous reste moins de 200 jours", a-t-il dit. Les objectifs de baisse des émissions auxquels les pays riches se sont dits prêts à se soumettre sont encore insuffisants, a-t-il mentionné en guise d'exemple.
 
"GLOBALEMENT ÉQUILIBRÉ"?
 
Les pistes esquissées dans le texte proposent notamment que les pays développés versent 2% de leur produit national brut (PNB) à des projets permettant aux pays émergents de mieux affronter les effets du réchauffement climatique, tels que les inondations, les cyclones ou les périodes de sécheresse.
 
"Le fait que le texte soit critiqué par toutes les parties indique peut-être qu'il est globalement équilibré", voulait croire un délégué.
 
Les Etats-Unis estiment que le projet penche trop en faveur des pays en développement et qu'il lui manque l'affirmation claire que ces derniers doivent agir plus fermement contre le réchauffement.
 
Les économies émergentes soulignent quant à elles que le texte compte un plus grand nombre de pages mentionnant les actions qui peuvent leur être demandées que détaillant les baisses d'émissions à imposer aux pays riches.
 
Le document compte de nombreux blancs dans le texte, qui doivent être remplis par les engagements attendus de l'ensemble des parties.
 
Lors des débats de l'après-midi, les pays en développement ont accusé leurs interlocuteurs industrialisés de ne pas encore avoir arrêté leurs objectifs de réduction.
 
Les règlements de l'Onu, ont-ils affirmé, imposent d'annoncer ces chiffres six mois avant le sommet de Copenhague, soit avant le 17 juin.
 
"Cette réunion sera la dernière occasion (...) de respecter la règle des six mois", a souligné Ibrahim au nom des pays émergents.
 
A l'extérieur des locaux où se déroule la réunion, des manifestants de l'association écologiste Greenpeace, déguisés en bonshommes de neige, en arbres, en ours polaires ou en dromadaires tentaient d'attirer l'attention sur les risques des changements climatiques.
 
"Arrosez-moi!" clamait l'écriteau accroché à un militant déguisé en cactus.
 
Les pays en développement demandent aux Etats industrialisés de réduire leurs émissions d'au moins 40% sous leur niveau de 1990 d'ici 2020. Cet objectif est bien supérieur à ceux actuellement débattus par ces gouvernements.

Première publication : 02/06/2009

COMMENTAIRE(S)