Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Economie

La vente de Chrysler à Fiat reportée d'une journée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/06/2009

Initialement prévue ce jeudi, la cession de Chrysler à un consortium porté par Fiat devrait finalement intervenir vendredi. Une cour d'appel new-yorkaise doit encore se prononcer sur le plan de reprise du constructeur américain.

AFP - La cession du constructeur automobile américain Chrysler à un consortium emmené par son concurrent italien Fiat n'interviendra pas avant vendredi, la justice devant au préalable trancher un appel contre le plan de reprise, a-t-on appris mercredi.
  
Le juge chargé du dossier avait accepté mardi que la vente de Chrysler puisse intervenir dès jeudi. Mais une cour d'appel new-yorkaise examinera vendredi un recours contre cette vente émanant de l'Indiana, Etat du nord du pays saisi par trois fonds qui avaient investi dans des obligations garanties de Chrysler.
  
Les services de l'Etat de l'Indiana "ont reçu notification mardi soir que leur demande d'une suspension de la vente de Chrysler avait été jugée recevable par la Cour fédérale de deuxième instance de la ville de New York", ont-ils indiqué mercredi dans un communiqué.
  
Le recours sera examiné à partir de jeudi, avec une audition prévue devant la Cour d'appel vendredi à 14H00 locales (18H00 GMT).
  
Ces fonds s'opposent au plan de restructuration, qui prévoit l'annulation de plus des deux tiers de la dette de Chrysler. Les porteurs d'obligations garanties doivent en effet recevoir 2 milliards de dollars en échange de leurs titres d'une valeur faciale de 6,9 milliards.
  
Ce plan, soutenu par les pouvoirs publics, prévoit la création d'un "nouveau" Chrysler recentré autour de ses actifs sains et détenu à terme à 35% par Fiat, à 55% par un fonds géré par le syndicat automobile UAW et à 10% par les gouvernements américain et canadien.
  
La Cour d'appel disposera d'un délai très court vendredi pour trancher sur l'appel des fonds de l'Indiana, mais qui peut être suffisant pour permettre une décision le jour même, affirme-t-on de source judiciaire proche du constructeur.
  
Fiat a fait savoir qu'il serait délié de ses obligations vis-à-vis de Chrysler si l'accord n'était pas finalisé avant le 15 juin.

Première publication : 04/06/2009

COMMENTAIRE(S)