Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

FRANCE

Le Brésil écarte l'hypothèse de l'explosion en plein vol

Vidéo par Carlotta RANIERI , Pauline PACCARD

Dernière modification : 04/06/2009

Pour le ministre brésilien de la Défense, la présence de carburant à la surface de l'océan invalide la thèse de l'explosion de l'Airbus A330 du vol AF 447. La disparition de l'avion transportant 228 personnes reste, pour l'heure, inexpliquée.

AFP - Le ministre de la Défense brésilien Nelson Jobim a estimé mercredi qu'une explosion de l'Airbus d'Air France qui s'est abîmé en mer était "improbable" en raison de la présence de carburant à la surface de l'océan.
  
"La présence d'huile ou de carburants signifie qu'il est improbable qu'il y ait eu un feu ou une explosion, mais cela n'est qu'une hypothèse", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Brasilia.
  
La disparition soudaine de l'Airbus A330 avec 228 personnes à bord dans la nuit de dimanche à lundi est encore inexpliquée.
  

Interrogé sur la possibilité d'un attentat, le ministre de la Défense a déclaré qu'"il n'y a aucun signe" pouvant le laisser penser.
  
M. Jobim a par ailleurs souligné qu'"aucun corps n'a été trouvé et on n'a vu aucun indice de survivants".
  
Une flottille d'avions et de navires de plusieurs pays convergaient mercredi vers le lieu de la catastrophe pour récupérer des débris de l'appareil et tenter de localiser les boites noires qui pourraient aider à expliquer les raisons de sa chute, à environ 1.000 km de la côte brésilienne.
  
Plusieurs débris, dont une pièce "apparemment métallique" de 7 mètres de diamètre, ont déjà été repérés par les avions brésiliens depuis mardi.
  
Les recherches se concentrent sur un rayon de 200 km, a indiqué le ministre de la Défense.
  

Première publication : 04/06/2009

COMMENTAIRE(S)