Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Amériques

Sur le Net, une intervention 2.0

Texte par Guillaume LOIRET

Dernière modification : 05/06/2009

Dans le discours prononcé ce jeudi au Caire par Barack Obama, rien n’a été laissé au hasard. Et surtout pas la manière de relayer la parole du président américain dans tout le monde arabo-musulman...

Barack Obama aime communiquer sur Internet, via les réseaux sociaux que la Toile propose : Twitter, Facebook ou Myspace principalement. Pendant sa campagne pour la présidentielle américaine, puis lors de sa cérémonie d'investiture, le président américain avait abondamment eu recours à cette communication "2.0".

 

Côté américain, tout a donc été mis en œuvre pour promouvoir le discours d'Obama au Caire dans tout le monde arabo-musulman, en particulier auprès des jeunes générations qui utilisent ces nouvelles technologies.

 

Un teaser avant le discours
Première phase : annoncer le discours par l’intermédiaire de témoignages vidéo de musulmans qui travaillent pour le gouvernement fédéral des États-Unis. Intitulée "Des Américains musulmans au service du gouvernement", cette vidéo a été postée mercredi après-midi sur le blog de la Maison-Blanche. Elle est également visible sur la chaîne YouTube de la présidence américaine en anglais, arabe, persan et ourdou.

 

Washington a également veillé à ce que les journalistes du monde entier, et notamment ceux du monde arabo-musulman, puissent préparer la traduction en direct du discours du Caire. Le service de communication du président américain a donc envoyé, dès jeudi matin, aux principales agences de presse (Agence France Presse, Reuters) le script complet du discours de Barack Obama en anglais, arabe, persan et ourdou.


Obama en temps réel
Deuxième phase : la Maison Blanche a fait de son mieux pour que les jeunes des pays arabo-musulmans - le "cœur de cible" du discours du Caire - puissent recevoir en temps réel les phrases clés du président américain.

 

Le plus simple, pour les détenteurs de téléphones portables, était sans doute de s’inscrire au service de messagerie sms de l'administration américaine. Sur le site, il suffisait de cliquer sur "Oui, envoyez-moi les grandes lignes du discours du président Obama sur mon téléphone mobile" et de laisser un numéro de téléphone. Les inscrits ont ainsi reçu entre 12h29 et 13h12 (GMT+2) sept messages citant le discours de Barack Obama.

 

Les utilisateurs de Twitter - un site de micro-blogging qui permet d’envoyer de courts messages appelés "tweets" à des millions d’inscrits - ont, eux aussi, pu suivre le discours en direct, et la page Facebook de la Maison Blanche a publié au fur et à mesure du discours les points clés développés par Obama.

 

En direct du Caire
Pour ceux qui souhaitaient regarder le discours en direct (en anglais) sur leur ordinateur, il suffisait de télécharger une application spéciale sur Facebook, de se connecter au site "En direct" de la Maison Blanche, ou encore au Myspace de la présidence américaine.

 

Outre qu'elle permet de toucher davantage de personnes, cette nouvelle manière de communiquer se traduit par une interactivité nouvelle. Beaucoup d’internautes ont ainsi posté des commentaires sur la page Facebook de la Maison Blanche. Il était également possible de répondre aux sms envoyés par la communication présidentielle américaine. Ainsi, une heure après la fin du discours, trois pages de réactions avaient été publiées sur le site du gouvernement américain. "Le président Obama a dit ce que je voulais entendre, j’en avais les larmes aux yeux (…). Nous voulons sentir que l’Amérique est avec nous et pas contre nous", réagissait un internaute d’Arabie saoudite.


Du côté des médias traditionnels enfin, la stratégie de communication de la Maison Blanche s'est, là aussi, traduite par un franc succès : le discours a été très largement retransmis par les télévisions en langue arabe du Moyen-Orient.

 

Al-Manar, la chaîne télévisée du Hezbollah libanais, a ainsi diffusé l'intervention en direct, tout comme Al-Alam, la chaîne d’information officielle de Téhéran.

Première publication : 04/06/2009

COMMENTAIRE(S)