Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestation de l'opposition sénégalaise contre un projet de réforme électorale controversé

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

Asie - pacifique Asie - pacifique

Aucune avancée sur les dossiers iranien et syrien, selon l'AIEA

Dernière modification : 05/06/2009

Un haut responsable proche de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) indique que ni Téhéran ni Damas n'ont fourni de garantie sur leurs activités nucléaires présumées à l'organisation.

AFP - L'AIEA n'a noté aucun progrès sur les dossiers des activités illicites nucléaires présumées de l'Iran et de la Syrie, a indiqué vendredi un haut responsable proche de l'agence onusienne.

"Sur l'Iran, il y a eu très peu de progrès", a indiqué ce haut responsable proche de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sous couvert de l'anonymat.

"Et pour la Syrie, c'est la même chose", a-t-il ajouté alors que l'agence s'apprêtait à diffuser à ses Etats membres son dernier rapport sur les enquêtes concernant ces deux pays.

Dans ce document, dont l'AFP a pu prendre connaissance vendredi, l'AIEA indique que l'Iran a accumulé 1.339 kilos d'uranium faiblement enrichi UF6.

Les estimations des analystes varient, mais selon ces derniers il faudrait entre 1.000 et 1.700 kilos d'uranium faiblement enrichi pour le convertir en uranium hautement enrichi qui entre dans la fabrication d'une bombe atomique.

"L'Iran a estimé qu'entre le 18 novembre 2008 et le 31 mai 2009 (...) un total de 500 kilos d'uranium faiblement enrichi (UF6) a été produit" dans son centre d'enrichissement de Natanz, a indiqué l'agence dans ce rapport.

Avant cela l'Iran avait, selon l'agence, déjà annoncé disposé de 839 kilos d'hexafluorure d'uranium faiblement enrichi.

Dans ce rapport, qui sera discuté lors de la prochaine réunion du conseil des gouverneurs de l'AIEA à la mi-juin, l'agence demande également des explications à Damas sur la présence d'uranium sur le site d'un réacteur de recherche à Damas.

Les échantillons prélevés en 2008 sur le site d'un réacteur miniature source de neutrons (MNSR) ont révélé la présence de "particules d'uranium naturel anthropogène", selon le rapport. Or, ce n'est pas le type d'uranium qu'on s'attend à trouver dans ce type de réacteur, a précisé le haut responsable de l'AIEA.

La Syrie a répondu sur ce sujet à une demande d'explication formulée par l'AIEA. L'agence onusienne a envoyé une nouvelle série de questions ce vendredi.
 

Première publication : 05/06/2009

COMMENTAIRE(S)