Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Sports

Après le Nigeria, la France veut se racheter face à la Turquie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/06/2009

Deux jours après avoir perdu face au Nigeria, les Bleus de Domenech vont tenter de se racheter contre la Turquie, en amical à Lyon. Le sélectionneur n'a toujours pas digéré les sifflets des supporters qu'il qualifie de "forme de racisme".

AFP - Les sifflets pendant le match amical perdu mardi à Saint-Etienne par la France contre le Nigeria (1-0) donnent un lourd enjeu au match amical de vendredi à Lyon face à la Turquie: les Bleus doivent finir leur saison sur une bonne note et éviter le divorce avec le public.
 

Certes, la bronca de Geoffroy-Guichard avait une spécificité: le public s'en est pris dès le début aux joueurs de Lyon, club rival de Saint-Etienne.
 

C'est resté en travers de la gorge de Raymond Domenech, lui-même ancien joueur et entraîneur lyonnais: "C'est une forme de racisme, car on n'est pas du club (Saint-Etienne), alors on les siffle...".
 

Mais au-delà de ce dommage collatéral d'une rivalité locale, les appels à la démission de Domenech, ritournelle depuis le fiasco de l'Euro-2008, et les encouragements à l'adversaire des Bleus ont également retenti dans un stade qui n'avait pas fait le plein. Après le soutien du Vélodrome à l'Argentine de Maradona en février et les sifflets qui ponctuent les matches des tricolores au Stade de France, les signes inquiétants se multiplient.
 

Rupture, désamour? Le capitaine Patrick Vieira réfute ces termes: "On n'est pas bon et les gens sifflent. Mais le terme de désamour utilisé par la presse, la radio, la télévision, cela me gêne (...). C'est exagéré."
 

Cette analyse est partagée par Noël Le Graët, vice-président de la FFF: "Le match (de mardi) n'a pas été extraordinaire. Il faut être réaliste, on a des performances moyennes lors des matches amicaux. On ne peut pas dire que l'on offre un spectacle qui donne envie d'applaudir."
 

Alors que faire pour éviter de nouveaux sifflets vendredi? "Gagner les matches. A nous d'avoir l'attitude et la performance pour que les gens n'aient pas à réagir", répond simplement Domenech.

Le problème est que comme le dit le gardien Hugo Lloris, "les amicaux avec l'équipe de France, ça n'existe pas", y compris dans l'esprit des Turcs, révélations du dernier Euro, qui vont vouloir briller à Gerland, devant leurs fans qui vont venir en nombre.
 

A ce propos, la Marseillaise risque-t-elle aussi d'être sifflée sur fond d'élections européennes et de question turque? "Les deux fédérations sont ravies de se rencontrer et il n'y a aucune crainte à ce sujet", assure M. Le Graët.

Première publication : 05/06/2009

COMMENTAIRE(S)