Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

  • Gaza : tirs meurtriers contre une école de l'ONU, fragile espoir de trêve

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

FRANCE

L'armée brésilienne affirme avoir récupéré des corps

Vidéo par Meriem Amellal

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2009

L'armée brésilienne aurait retrouvé ce samedi les corps de deux individus de sexe masculin ainsi que plusieurs débris provenant de l'Airbus d'Air France disparu dans la nuit de dimanche à lundi.

AFP - Après cinq jours de vaines recherches, l'armée brésilienne a annoncé samedi avoir repêché deux corps et plusieurs objets identifiés comme provenant de l'Airbus d'Air France qui s'est abîmé au milieu de l'océan Atlantique avec 228 personnes à bord.
  
Parmi les objets figurent un fauteuil d'avion bleu avec un numéro de série et une mallette contenant un billet d'Air France.
  
Les experts français ont de leur côté confirmé samedi que le vol AF 447 avait rencontré de sérieux problèmes techniques, en particulier sur la mesure de sa vitesse, avant de disparaître dans la nuit du 31 mai au 1er juin entre Rio et Paris.
  
"Ce matin, nous avons eu la confirmation du repêchage dans l'eau de débris et de corps qui appartenaient au vol 447 d'Air France", a dit le colonel Jorge Amaral lors d'un point de presse à Recife, où le commandement des opérations a été installé.
  
Le porte-parole a ensuite précisé qu'il s'agissait de deux corps de sexe masculin.
  
Après avoir annoncé de manière erronée jeudi que les forces brésiliennes avait récupéré des débris de l'Airbus, l'armée a pris soin cette fois-ci de ne divulguer l'information qu'après avoir remonté et identifié les objets flottant sur l'océan.
  
Le colonel Amaral a donné la chronologie des opérations et expliqué qu'un fauteuil d'avion avait été le premier objet récupéré à 08h14 (11h14 GMT).
  
"A 09h10 (12h10 GMT), le premier corps a été repéré par un avion, et à 09h30 (12h30 GMT), le corps a été repêché par l'équipage de la corvette Caboclo", a-t-il expliqué.
  
Un sac à dos en nylon avec un ordinateur portable et une mallette en cuir avec un billet d'Air France à l'intérieur ont ensuite été récupérés à 09h50 (12h50 GMT).
  
Le fauteuil repêché est de couleur bleu "avec un numéro de série, mais nous attendons la confirmation d'Air France pour savoir si c'est un siège de l'Airbus, bien que la couleur semble indique que oui", a indiqué le porte-parole militaire.
  
Le repêchage des corps et des objets a eu lieu à environ 450 milles nautiques (825 kilomètres) au large de l'archipel de Fernando de Noronha, situé à 360 kilomètres de la côte brésilienne.
  
Une flottille internationale de douze avions, un hélicoptère, et trois navires de la Marine participent à ces opérations.
  
Cette découverte est un soulagement pour les équipes de recherche qui fouillaient depuis lundi la zone supposée du crash de l'Airbus à environ 1.000 kilomètres de la côte nord-est du Brésil.
  
Elle permettra peut-être de lever une partie du voile sur la disparition mystérieuse du vol AF 447, alors que l'hypothèse de problèmes techniques a été renforcée samedi.
  
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé de l'enquête technique française, a ainsi confirmé l'existence de problèmes concernant la mesure de la vitesse.
  
L'avionneur européen Airbus et les exploitants de l'appareil disposent de "programmes de remplacement et d'amélioration des détecteurs de vitesse" des A330, car des problèmes avaient été déjà rencontrés auparavant sur d'autres appareils de la gamme, a révélé le directeur du BEA Paul-Louis Arslanian.
  
"Sur l'A330, nous avons constaté un certain nombre de pannes de ce type (des détecteurs de vitesse, ndlr)", a-t-il indiqué. Les pannes, jusqu'à présent, ont amené Airbus à diffuser des consignes aux pilotes sur les mesures à prendre dans ces cas-là, a-t-il précisé.
  
Le BEA avait révélé vendredi que, selon les premiers éléments de l'enquête, l'A330 d'Air France avait souffert d'une "incohérence" entre les vitesses mesurées par les calculateurs de l'avion, et Airbus avait diffusé à ce sujet une recommandation à ses clients.
  
Un lien éventuel entre ces problèmes de mesure de vitesse et la catastrophe n'est cependant pas établi et le crash demeure inexpliqué.
  
Les enquêteurs savent également que l'avion a envoyé 24 messages techniques d'anomalies, avant de s'abîmer au milieu de l'océan Atlantique.

Première publication : 06/06/2009

COMMENTAIRE(S)