Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

FRANCE

Le Sénat adopte le projet de loi sur l'hôpital de Roselyne Bachelot

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/06/2009

Le Sénat a adopté le projet de loi controversé "Hôpital, Patients, Santé et Territoires". Ce texte vise à réformer la gouvernance à l'hôpital et l'organisation du système sanitaire, malgré la contestation de la communauté médicale.

AFP - Le Sénat a adopté dans la nuit de vendredi à samedi le controversé projet de loi sur l'hôpital, mettant fin à un long bras de fer entre une Haute-assemblée désireuse de remanier le texte et une ministre de la Santé soucieuse de conserver l'esprit de sa réforme.

Seule la majorité UMP et centriste a voté pour. L'opposition PS, Communistes et parti de gauche et Verts a voté contre. Le texte a été adopté par 177 voix contre 153.

Entamée le 12 mai dans une ambiance surchauffée par une contestation sans précédent de la communauté médicale, y compris de "mandarins" défilant dans la rue, la discussion a pris en deuxième et troisième semaine un ton plus apaisé.

L'opération de déminage menée par Roselyne Bachelot a réussi à calmer la colère des soignants.

Elle a du faire des concessions, notamment sur la gouvernance à l'hôpital et dans les ARS (Agences régionales de santé), le "testing" pour refus de soins discriminatoire ou l'interdiction d'alcool. Mais elle a imposé à une majorité rétive l'esprit de son texte notamment sur la démographie médicale.

La ministre a été mise en minorité à de nombreuses reprises par sa majorité et a du louvoyer entre une commission des Affaires sociales qui avait profondément réécrit le texte et une opposition remontée contre une "privatisation de la santé".

La nouvelle procédure parlementaire a compliqué l'affaire. Le texte de la commission étant désormais celui discuté en séance, cela a généré une avalanche d'amendements (1.421 en commission, 1.370 en séance) et obligé le gouvernement à amender pour revenir à son texte d'origine.

Autre invité surprise : une réforme des CHU (Centres hospitaliers universitaires) intégrée sous forme d'amendements annoncés par le président Nicolas Sarkozy après la remise du rapport du Pr. Jacques Marescaux.

Toutes ces modifications ont provoqué la colère de l'Assemblée nationale, dont le président UMP Bernard Accoyer a même jugé qu'il fallait lever la procédure d'urgence (une lecture par Assemblée) instaurée sur ce projet.

Le projet de loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST), foisonnant et très technique, vise à réformer la gouvernance à l'hôpital mais aussi toute l'organisation du système sanitaire (création des ARS), l'accès aux soins, les rapports hôpital-cliniques privées, sans compter un volet santé publique avec prévention de l'alcoolisme, du tabagisme et de l'obésité.

Plusieurs dossiers étaient particulièrement controversés. Sur la gouvernance hospitalière, l'équilibre des pouvoirs a été modifié pour faire une plus grande place aux praticiens inquiets d'un renforcement excessif des directeurs d'établissements.

Sur les dépassements d'honoraires, Mme Bachelot a refusé avec succès leur encadrement renvoyant aux négociations Sécu/médecins. Nicolas Sarkozy a, lui, demandé jeudi au gouvernement de "se préparer" à intervenir sur le sujet.

Sur les déserts médicaux et la liberté d'installation, la ministre a réintroduit le contrat santé solidarité, que la commission avait supprimé, destiné à faire participer, à partir de 2013, les médecins des zones sur-denses aux besoins des zones sous-médicalisées.

Les médecins qui refuseront verseront une amende d'environ 3.000 euros. Mais le texte prévoit au préalable des mesures incitatives, comme l'octroi de bourses d'études en échange d'une installation en zone "déficitaire".

Enfin sur l'accès aux soins, Mme Bachelot a renoncé à réintroduire la pratique du testing pour les refus de soins discriminatoires, supprimée par la commission, ne disposant pas d'une majorité.

La balle est maintenant dans le camp de la Commission Mixte Paritaire, qui devra encore faire une synthèse délicate entre les deux chambres du parlement.

Première publication : 06/06/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)