Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

FOCUS

Les Irlandais aux urnes pour l'ouverture du mariage aux homosexuels

En savoir plus

MODE

Les grandes maisons de couture présentent leur collection croisière 2016

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une histoire de fou" : la mémoire du génocide arménien au cinéma

En savoir plus

REPORTERS

Thaïlande : face à la junte, la dissidence tente de résister

En savoir plus

TECH 24

La course aux voitures sans chauffeur est lancée !

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La baie du mont Saint-Michel, entre pierre et mer

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Lutte contre le réchauffement climatique : "Les entreprises sont aussi la solution!"

En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou annonce un discours "important" sur la sécurité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2009

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou présentera la semaine prochaine sa politique pour "parvenir à la paix et à la sécurité", alors que Barack Obama a lancé plusieurs appels à l'État hébreu pour l'arrêt des colonisations.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé dimanche qu'il présenterait la semaine prochaine sa politique de "paix et de sécurité", après des appels du président américain à l'arrêt de la colonisation et à la création d'un Etat Palestinien.

"La semaine prochaine, je vais prononcer un discours important dans lequel je présenterai aux Israéliens les principes de notre politique pour parvenir à la paix et la sécurité", a affirmé M. Netanyahu devant les journalistes à l'ouverture du conseil des ministres hebdomadaire.

Le Premier ministre a fait cette annonce trois jours après le discours au Caire du président Barack Obama qui a exigé un gel total de la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée et la création d'un Etat palestinien, auxquels M. Netanyahu s'oppose.

"J'ai lu et entendu ces derniers jours des propos qui m'étaient attribués mais que je n'ai pas prononcés. Je voudrais que les choses soient claires: nous voulons parvenir à la paix avec les Palestiniens et les pays arabes avec le maximum d'entente de la part des Etats-Unis", a-t-il ajouté.

"Mon objectif est parvenir à une paix stable basée sur des principes solides de sécurité pour Israël et ses habitants", a poursuivi le chef du gouvernement, dont la première rencontre en mai avec M. Obama à la Maison Blanche avait mis au grand jour les divergences entre les deux hommes sur le processus de paix.

Après le discours du président américain, M. Netanyahu s'était contenté de faire publier un communiqué dans lequel il exprimait l'espoir d'une réconciliation avec le monde arabo-musulman tout en affirmant qu'il donnerait priorité à la sécurité d'Israël dans le cadre d'un éventuel accord de paix.

"Israël veut la paix et fera tout ce qui est en son pouvoir pour élargir le cercle de la paix tout en prenant en considération son intérêt national et en premier lieu sa sécurité", avait indiqué le communiqué publié par le bureau du Premier ministre.

M. Obama a soutenu dans son discours la quête des Palestiniens pour leur Etat et jugé la situation des Palestiniens "intolérable".

Il a appelé Israël à cesser la colonisation dans les territoires palestiniens tout en soulignant "le lien inébranlable" entre l'Etat hébreu et les Etats-Unis.

Lors de son voyage en Allemagne, qui a suivi ses visites en Arabie saoudite et en Egypte, M. Obama a aussi affirmé qu'il souhaitait que les Etats arabes établissent "des échanges commerciaux et diplomatiques" avec Israël si l'Etat hébreu prenait des engagements fermes en faveur de la paix.

Samedi en France, le président américain a estimé que l'"impasse actuelle" devait être "dépassée" par les Israéliens et les Palestiniens dont les destins sont "liés".

L'envoyé spécial américain pour le Proche-Orient, George Mitchell, est de nouveau attendu la semaine prochaine dans la région pour poursuivre les efforts en vue de relancer les négociations de paix israélo-palestiniennes au point mort.

 

Première publication : 07/06/2009

COMMENTAIRE(S)