Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Economie

La Cour suprême américaine suspend la vente de Chrysler

Vidéo par Marion GAUDIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2009

À la suite d'une plainte émanant de créanciers, la Cour suprême américaine a annoncé sa décision de geler la cession des actifs du constructeur automobile américain Chrysler à un consortium emmené par l'italien Fiat.

AFP - La Cour suprême des Etats-Unis a annoncé lundi sa décision de geler jusqu'à nouvel avis la cession des actifs les plus importants du constructeur automobile américain Chrysler à un consortium mené par l'italien Fiat.

La Cour n'a fourni aucune explication sur sa décision et n'a pas non plus fixé de nouvelle échéance, alors que Fiat peut se retirer à partir du 15 juin, si le processus de reprise n'est pas validé.

Le principal plaignant, le trésorier (républicain) de l'Etat de l'Indiana (nord des Etats-Unis) Richard Mourdock, s'est dit "enchanté" de ce nouveau développement.

"C'est la première fois dans l'histoire des Etats-Unis que des créanciers possédant des titres de dette garantie n'étaient pas traités en tant que tel", a-t-il souligné, répétant l'un de ses principaux arguments lors d'une interview sur la chaîne de télévision CNBC.

M. Mourdock gère trois fonds d'investissement qui ensemble possèdent pour quelque 42 millions de dollars de titres de dette Chrysler.

Le "nouveau Chrysler" qui doit sortir du processus judiciaire doit être détenu par un consortium mené par le constructeur italien Fiat, qui en possédera 20% (35% à terme). Les Etats américain et canadien détiendront 10%, et un fonds à gestion syndicale 55%.

Ce plan de reprise, élaboré avec la forte implication de l'administration Obama, a déjà été accepté par un juge des faillites et une Cour d'appel la semaine dernière, ce qui semblait ouvrir à la voie à une sortie très rapide du constructeur de la procédure de redressement sous contrôle judiciaire, six semaines après son dépôt de bilan.
 

Première publication : 08/06/2009

COMMENTAIRE(S)