Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar, l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

EUROPE

Le spectre d'une nouvelle crise du gaz s'éloigne provisoirement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/06/2009

Le risque d'une nouvelle crise du gaz entre l'Ukraine et la Russie semble s'éloigner après le paiement par Kiev de l'intégralité du gaz qui lui avait été livré par Gazprom au mois de mai. Le pays avait jusqu'au 9 juin pour honorer sa dette.

AFP - L'Ukraine a payé la totalité du gaz russe livré en mai, a confirmé lundi le géant gazier russe Gazprom, alors que Moscou évoquait le spectre d'une nouvelle crise gazière entre les deux pays susceptible de perturber l'approvisionnement de l'Europe.
  
"Tout ce qui était dû a été payé", a déclaré à l'AFP le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov.
  
L'entreprise ukrainienne des hydrocarbures Naftogaz avait indiqué vendredi avoir réglé sa facture de gaz pour le mois de mai, alors que la date limite de paiement avait été fixée au 9 juin.
  
Mais Gazprom n'a pas pour autant estimé que le risque d'une nouvelle crise gazière était écarté, le porte-parole de la société ayant jugé "peu probable" que Naftogaz parvienne à payer les livraisons du mois de juin.
  
Les responsables russes avaient multiplié les mises en garde ces dernières semaines, estimant que l'Ukraine, en raison de la grave crise économique qui frappe le pays, serait dans l'impossibilité de payer ses factures.
  
Moscou avait dès lors appelé l'Union européenne à cofinancer un crédit à l'Ukraine afin d'empêcher une répétition du conflit gazier russo-ukrainien du mois de janvier, qui avait conduit une bonne partie de l'Europe à être privée de gaz russe.

Première publication : 08/06/2009

COMMENTAIRE(S)