Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

Economie FRANCE

Le PIB de la France pourrait reculer de 3 % en 2009

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/06/2009

D'après l'entourage de la ministre de l'Économie, Christine Lagarde, le gouvernement français aurait revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2009. Il tablerait sur un recul du PIB de 3 % en 2009 puis une reprise de 0,5 % en 2010.

AFP - Le gouvernement français table sur un recul de 3% du produit intérieur brut (PIB) en 2009 avant un rebond de +0,5% en 2010, a-t-on appris lundi dans l'entourage de la ministre de l'Economie Christine Lagarde.

Dans le collectif budgétaire de mars, le gouvernement tablait sur une chute du PIB de 1,5% et une reprise graduelle en 2010 avec une croissance de +1%.

En 1975, après le premier choc pétrolier, la baisse du PIB était de 1,0%.

Après un premier trimestre en forte dégradation avec un PIB en baisse de 1,2%, "la phase d'ajustement brutal laisse place à une période de stabilisation", a commenté cette source, selon laquelle l'activité devrait redémarrer début 2010, avec l'effet des politiques des banques centrales et des mesures de relance gouvernementales.

"C'est un scénario assez prudent", a estimé cette source.

La consommation des ménages, principal moteur de la croissance française, devrait a "priori résister" et rester stable dans les prochains mois, avec une progression de 0,3% attendue cette année et de 0,7% en 2010, a précisé cette source, confirmant des informations du Figaro.

L'investissement des entreprises devrait lui chuter de 9,4% avant de limiter le choc l'année prochaine (-1,2%).

Le gouvernement s'attend par ailleurs à une dégradation continue de l'emploi qui "devrait se poursuivre encore quelques trimestres" jusqu'à "quelque part" courant 2010, selon cette source.

Le taux de chômage en France a fait un bond brutal au premier trimestre 2009 (+1,1 point), d'une ampleur inédite depuis 1975, pour atteindre 8,7% de la population active en métropole contre 7,6% au quatrième trimestre 2008.
 

Première publication : 08/06/2009

COMMENTAIRE(S)