Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Economie FRANCE

Le PIB de la France pourrait reculer de 3 % en 2009

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/06/2009

D'après l'entourage de la ministre de l'Économie, Christine Lagarde, le gouvernement français aurait revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2009. Il tablerait sur un recul du PIB de 3 % en 2009 puis une reprise de 0,5 % en 2010.

AFP - Le gouvernement français table sur un recul de 3% du produit intérieur brut (PIB) en 2009 avant un rebond de +0,5% en 2010, a-t-on appris lundi dans l'entourage de la ministre de l'Economie Christine Lagarde.

Dans le collectif budgétaire de mars, le gouvernement tablait sur une chute du PIB de 1,5% et une reprise graduelle en 2010 avec une croissance de +1%.

En 1975, après le premier choc pétrolier, la baisse du PIB était de 1,0%.

Après un premier trimestre en forte dégradation avec un PIB en baisse de 1,2%, "la phase d'ajustement brutal laisse place à une période de stabilisation", a commenté cette source, selon laquelle l'activité devrait redémarrer début 2010, avec l'effet des politiques des banques centrales et des mesures de relance gouvernementales.

"C'est un scénario assez prudent", a estimé cette source.

La consommation des ménages, principal moteur de la croissance française, devrait a "priori résister" et rester stable dans les prochains mois, avec une progression de 0,3% attendue cette année et de 0,7% en 2010, a précisé cette source, confirmant des informations du Figaro.

L'investissement des entreprises devrait lui chuter de 9,4% avant de limiter le choc l'année prochaine (-1,2%).

Le gouvernement s'attend par ailleurs à une dégradation continue de l'emploi qui "devrait se poursuivre encore quelques trimestres" jusqu'à "quelque part" courant 2010, selon cette source.

Le taux de chômage en France a fait un bond brutal au premier trimestre 2009 (+1,1 point), d'une ampleur inédite depuis 1975, pour atteindre 8,7% de la population active en métropole contre 7,6% au quatrième trimestre 2008.
 

Première publication : 08/06/2009

COMMENTAIRE(S)