Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Scrutin local au Royaume-Uni : Londres, l'exception travailliste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Course à la Maison Blanche : l'imbattable Donald Trump ?

En savoir plus

TECH 24

Revenu universel : le nouveau cheval de bataille de la Silicon Valley

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Les confidences d’un artisan pipier de Paris

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Richard Berry

En savoir plus

FOCUS

Philippines : l'incroyable retour du clan Marcos, symbole des années noires de la dictature

En savoir plus

#ActuElles

Les femmes dans l’entreprise : Isabelle Kocher, première directrice générale du CAC40

En savoir plus

REPORTERS

Proche-Orient : "L'intifada des couteaux", le malaise d’une génération

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Kevin Costner, de retour dans "Criminal"

En savoir plus

Amériques

"Rien n'a changé" après l'arrivée d'Obama, selon un ex-détenu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2009

Installé en France depuis son retour, le 15 mai, de Cuba, où il a passé sept ans de sa vie, l'Algérien Lakhdar Boumediene évoque les mauvais traitements infligés aux détenus de Guantanamo. Même après l'arrivée d'Obama à la Maison Blanche.

AFP - "Rien n'a changé" à Guantanamo après l'arrivée du président Barack Obama à la Maison Blanche, a affirmé l'Algérien Lakhdar Boumediene, emprisonné pendant sept ans dans la prison créée en 2002 sur une base américaine à Cuba.

"Non, rien n’a changé, c’est le même général, le même amiral, ce sont les mêmes soldats, les mêmes traitements envers les prisonniers, rien n’a changé", a dit M. Boumediene, 42 ans, dans un entretien qui doit être diffusé mardi par Radio France Internationale.

Il répondait à une question sur les changements intervenus dans la prison depuis l'arrivée de M. Obama qui souhaite fermer le centre de détention.

"Lors de mon transfert en avion, j’étais libre. J’avais demandé à aller aux toilettes, un garde m’a répondu: +Oui, à condition de laisser la porte ouverte et que je continue à te filmer+, a-t-il rapporté pour illustrer son propos

"Et pendant que je faisais mes besoins, il continuait à filmer. Je lui ai dit d’arrêter, mais il a répondu: +C’est la loi+. Pourtant j’étais libre, et dans un avion! Vous pouvez imaginer comment ça se passe encore à Guantanamo", a-t-il poursuivi.

Arrêté à l'automne 2001 avec cinq autres Algériens en Bosnie, où il résidait légalement, il avait été remis aux autorités américaines sous le soupçon qu'il fomentait un attentat contre l'ambassade américaine de Sarajevo. Il avait ensuite été transféré à Guantanamo dans les premiers jours d'existence de la prison.

Lakhdar Boumediene a quitté la prison le 15 mai dernier après des années de bataille judiciaire. Il a été autorisé à s'installer en France avec sa famille, faisant de la France le premier pays de l'Union européenne à accueillir un détenu libéré de Guantanamo qui ne soit ni un résident ni un citoyen français.

Il reste aujourd'hui 240 détenus de Guantanamo, la prison que George W. Bush avait créée pour les "combattants ennemis" de la guerre contre le terrorisme lancée en riposte aux attentats du 11 septembre 2001.

Première publication : 08/06/2009

COMMENTAIRE(S)