Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Culture

Les Saoudiens redécouvrent les salles obscures

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/06/2009

Des centaines de Saoudiens ont assisté, ce week-end, à Ryad, à la projection du film "Manahi". Une première dans la très conservatrice capitale du royaume wahhabite, où aucun long-métrage commercial n'avait été projeté depuis 30 ans.

AFP - Des centaines de Saoudiens ont défié un petit groupe de protestataires ultra-conservateurs samedi soir à Ryad pour assister à la projection publique d'un film commercial, une première depuis quelque trois décennies dans la capitale saoudienne.
  
Sacs de pop-corn salé et boissons gazeuses sur les genoux, plus de 300 spectateurs, tous des hommes, rassemblés dans le vaste centre culturel du Roi Fahd ont acclamé, sifflé et applaudi à tout rompre lorsque les premières images du film "Manahi" sont apparues à l'écran et que la musique a retenti dans la salle.
  
"C'est le début du changement", a commenté Ahmed Al-Mokayed, un étudiant venu voir le film en compagnie de son frère et d'un cousin.
  
Abdel Mohsen Al-Mani, un homme d'affaires accompagné de ses deux fils, était carrément enthousiaste.
  
"C'est la première étape d'une révolution pacifique", a-t-il déclaré à l'AFP. "Je ne veux pas que mes enfants grandissent dans l'ignorance (...). Je leur ai dit qu'ils parleront plus tard de ce jour comme d'une blague."
  
Mais le chemin a été long et personne n'a la certitude que ce jour constitue le prélude d'une industrie du cinéma prospère dans ce pays en raison de l'opposition acharnée du clergé ultraconservateur, qui considère le cinéma, la musique et toutes les autres formes de loisirs comme des atteintes à l'islam.
  
La police a dû maintenir à l'écart un petit groupe d'activistes islamistes venus dénoncer le cinéma comme une source de désastre pour le pays.
  
Ils ont cité à l'appui de cette thèse une récente série de secousses telluriques de faible intensité dans l'ouest du royaume. "Allah nous punit à cause du cinéma. C'est contraire à l'islam", a lancé l'un d'eux.
  
"Manahi" est une comédie sur les mésaventures d'un péquenot qui s'aventure en ville et, plus généralement, sur les malheurs de petits porteurs confrontés aux fluctuations des marchés boursiers.
  
Ce film saoudien avait été projeté en décembre devant des salles combles à Djeddah, la capitale économique du pays, sur la mer Rouge (ouest), une ville plus ouverte et tolérante que l'austère Ryad.
  
Son producteur, Rotana, une compagnie à capitaux saoudiens, avait promis que le film serait rapidement projeté dans la capitale.
  
Mais il a fallu cinq mois pour obtenir l'autorisation du gouvernement, a admis un porte-parole de Rotana, Ibrahim Badei.
  
Entretemps, des tentatives de projeter le film dans d'autres villes ont été bloquées par les autorités religieuses, accroissant l'enjeu pour la projection de Ryad en raison du caractère très conservateur de cette ville.
  
C'est pour cela que Rotana n'avait annoncé la projection que vendredi, la conséquence étant que la plupart des gens ne l'ont appris par la presse que samedi, quelques heures avant l'évènement. M. Badei a ainsi parlé de projection "surprise".
  
Les spectateurs qui avaient fait le déplacement ont estimé que cette initiative donnait espoir aux partisans de réformes en lutte contre le clergé conservateur.
  
"Notre société est prise en otage par ces gens", résume M. Mani.
  
Le combat est conduit en partie par le propriétaire de Rotana, le prince Al-Walid Ibn Talal, un neveu du roi Abdallah et l'un des hommes les plus riches du monde.
  
"Il y aura des films et des salles de cinéma (dans le royaume), c'est inévitable", avait-il dit en février.
  
M. Badei a annoncé au moins trois autres projections de "Manahi" pour les prochaines semaines et a dit s'attendre à un plus grand nombre de spectateurs, y compris des femmes.
  
Durant les projections de Djeddah, les femmes étaient séparées des hommes, en application de la stricte ségrégation des sexes en vigueur en Arabie.

Première publication : 08/06/2009

COMMENTAIRE(S)