Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Culture

Un carnet de dessins signés Picasso volé dans un musée parisien

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2009

Un carnet de dessins signés Pablo Picasso a été dérobé dans le musée parisien consacré au peintre espagnol. Montant estimé de l'objet : quelque 8 millions d'euros. Les circonstances et la date exacte du vol restent inconnues.

AFP - Un vol audacieux mais apparemment très facile de carnet de dessins signés Picasso, estimé à quelque huit millions d'euros, a été découvert mardi au musée Picasso à Paris (IIIème), actuellement en pleine phase de rénovation et fragile sur le plan de la sécurité.
   
Le vol a été constaté mardi en fin de matinée, jour de fermeture hebdomadaire du musée situé rue de Thorigny dans le quartier du Marais. Il aurait été perpétré entre lundi soir et mardi matin, selon des sources policières.
   
Le musée était exceptionnellement ouvert mardi sur invitation aux habitants du quartier, a constaté un journaliste de l'AFP.
   
Le carnet était composé de 32 dessins et croquis entreposés dans un présentoir non verrouillé. Il n'y avait pas d'alarme et il n'y a pas eu d'effraction, selon les premiers éléments de l'enquête confiée à la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne, spécialisée dans le trafic et vol des oeuvres d'art notamment.
   
Selon un communiqué du ministère de la Culture, le carnet de dessins datant de 1917-1924 et qui contient 33 dessins au crayon, était conservé dans une "vitrine fermée de l'extérieur dont l'ouverture ne pouvait se faire qu'à l'aide d'outils spécifiques". Le format du carnet est de 16 x 24 cm et sa couverture vernie rouge possède l'inscription "Album" en lettres d'or, ajoute-t-il.
   
Des sources policières ont mis en évidence, en l'état de leurs investigations, la "faiblesse des moyens" du musée Picasso qui "est en pleine rénovation" et "tente ainsi de repenser sa sécurité" qualifiée par certaines de ces sources de "légère".
   
Installé dans les murs de l'hôtel Salé, hôtel particulier du XVIIe siècle, le musée a été créé pour recevoir la dation de centaines de peintures, sculptures, dessins, gravures et céramiques, faite en 1979 par les héritiers de Picasso.
   
Il subit d'importants travaux de rénovation depuis 2006 qui ont occasionné des périodes plus ou moins longues de fermeture au public. Une fermeture complète du musée est d'ailleurs programmée pour l'été, avant de très lourds travaux intérieurs début 2010 destinés à en doubler la surface.
   
Les grandes oeuvres de Picasso font de ce fait l'objet depuis plusieurs mois d'expositions itinérantes dans le monde, destinées à financer ces travaux.
   
Dans la cour de l'hôtel particulier qui abrite le musée se tient actuellement une exposition temporaire Daniel Buren, "la Coupure", - une oeuvre monumentale de cet artiste -, ainsi qu'un accrochage d'oeuvres de Picasso, collages, dessins, etc, ordinairement peu montrées.
   
"La coupure" est un immense miroir, décoré sur la tranche de bandes noires et blanches, qui semble traverser tout le bâtiment y compris les salles d'exposition et dont l'installation semble rendre difficile la surveillance, a constaté l'AFP.
   
Le carnet a été volé salle 9, au premier étage du musée, que traverse "La coupure", a confirmé un employé du musée à l'AFP sous couvert de l'anonymat. Il se trouvait dans une vitrine qui n'était pas fermée à clef, selon lui.
   
L'enquête devait également préciser le montant exact du préjudice. Selon un policier spécialisé dans le trafic d'art, les dessins dérobés peuvent "trouver preneur sur le marché" et "pour plusieurs millions d'euros".

Première publication : 09/06/2009

COMMENTAIRE(S)