Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Série d'attentats meurtriers en Irak, Bagdad favorable à une conférence internationale

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • La Libye renonce à accueillir la Coupe d'Afrique des nations en 2017

    En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

Afrique

La dépouille d'Omar Bongo Ondimba rapatriée vendredi

Vidéo par Céline BRUNEAU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2009

Comme le stipule la Constitution, la présidente du Sénat devrait être nommée chef de l'État intérimaire par le gouvernement, réuni mardi. La dépouille de l'ex-président, décédé dans une clinique espagnole, sera rapatriée vendredi.

AFP - Après le décès du président gabonais Omar Bongo Ondimba, le Gabon suivait mardi dans le calme la voie constitutionnelle qui devrait aboutir à la nomination de la présidente du Sénat comme chef de l'Etat intérimaire avant l'élection.

La dépouille mortelle d'Omar Bongo, décédé à l'âge de 73 ans dans une clinique de Barcelone, "sera rapatriée vendredi", avait indiqué lundi soir un membre de la délégation gabonaise en Espagne quelques heures après l'annonce de sa mort. Les obsèques officielles devraient débuter vendredi au Gabon et se prolonger jusqu'à lundi.

A Libreville, le gouvernement s'est réuni dès mardi dans la matinée "afin de saisir la Cour constitutionnelle pour constater la vacance du pouvoir (...) conformément à la Constitution", a indiqué à l'AFP une source gouvernementale.

Selon la Loi fondamentale gabonaise, une fois saisie, la Cour constatera la vacance et nommera donc la présidente du Sénat, Rose Francine Rogombé, 66 ans, comme chef de l'Etat intérimaire. Celle-ci aura à charge de conduire le pays jusqu'à l'organisation d'un scrutin présidentiel dans les 45 jours au plus tard.

"On suit la Constitution à marche forcée parce que le clan Bongo n'avait pas eu le temps de préparer autre chose. Il a été pris de court", a affirmé à l'AFP une source proche de la présidence. "Toutefois, jusqu'ici, cela ne pose pas de problèmes puisque tout le monde veut la paix".

"Mais il y a un problème majeur: les listes électorales", a relevé cette source. "Organiser des élections démocratiques en 45 jours est impossible. Si on regroupait toutes les listes locales, on aurait 2 millions d'électeurs..." pour une population totale estimée autour de 1,5 million, souligne-t-elle.

La présidente du Sénat tentera-t-elle malgré tout de tenir le délai? "C'est probable qu'il y ait un accord pour qu'on étende le délai d'organisation de l'élection présidentielle. Tout le monde est d'accord: le gouvernement, le clan Bongo, comme l'opposition", répond cette source.

Un ancien éditorialiste du quotidien national L'Union soutient aussi qu'"il y aura une élection car c'est le seul moyen de préserver ses biens pour le clan Bongo". "Mais quoi qu'il se passe, (elle) sera forcément contestée", estime-t-il.

La situation était très calme à Libreville. Des forces de l'ordre étaient présentes aux points névralgiques. Des militaires avaient pris place à la télévision nationale. Deux camions de gendarmes étaient postés sur le Boulevard Triomphal Omar Bongo Ondimba où se trouvent l'Assemblée nationale, le Sénat, de nombreux ministères et ambassades.

L'activité était normale. La circulation était un peu moins dense que d'habitude mais les commerces et boutiques étaient ouverts, les ouvriers dans les chantiers et usines travaillaient.

"C'est comme tous les mardis on ne note pas de différences", dit une employée d'une galerie commerciale. Au plus grand supermarché de la ville, les "parkeurs" (gardiens de parking) constataient, eux aussi, une activité normale.

"Hier (lundi) , c'était la folie après l'annonce de la mort du président. Les gens se sont rués ici pour faire des stocks mais aujourd'hui, c'est la vie normale", souligne l'un d'entre eux, sans vouloir décliner son nom.

Les attroupements sur les voies et places publiques sont interdits à Libreville par la mairie depuis lundi mais la succession du président est dans toutes les conversations.

"Nous perdons un grand homme. Notre pays est en paix grâce à lui", estime un passant.

"Le président Bongo est mort. Maintenant, il faut voir l'avenir. On espère que les choses vont changer. Rien ne pouvait changer tant qu'il était là. Il faut arrêter les passe-droits, les salaires fictifs aux +amis+, la corruption, la société à deux vitesses", souligne sous couvert de l'anonymat une jeune femme.

Omar Bongo Ondimba, doyen des chefs d'Etat africains en exercice, était au pouvoir depuis 41 ans.

Première publication : 09/06/2009

COMMENTAIRE(S)